Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Libye

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Religions Index du Forum -> Parlons de tout -> Politique/Actualité/Monde/Evénement
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hina
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2009
Messages: 435
Religion: catholique
Localisation: france
Sexe: Féminin
Point(s): 110
Moyenne de points: 0,25

MessagePosté le: Ven 18 Mar - 23:43 (2011)    Sujet du message: Libye Répondre en citant

A Derna, les islamistes, longtemps pourchassés, croient tenir "la revanche des opprimés"
| 17.03.11 | 14h25  •  Mis à jour le 17.03.11 |




Derna (Libye) Envoyé spécial - Les nouvelles du front ne sont pas bonnes, mais qu'importe. Shoukri Hasi persiste à croire à la fin du régime Kadhafi. "Trop de souffrances accumulées, trop d'injustices", lâche-t-il avec le regard fiévreux de ceux qui ont appris à savourer chaque instant de liberté après l'avoir longtemps perdue.

L'homme a passé plusieurs années dans les geôles du Guide libyen, dont dix à Tripoli, dans la tristement célèbre prison d'Abou Salim. Il avait été soupçonné, en 1997, d'être lié à des organisations islamistes. Il n'a jamais eu ni procès, ni jugement. "Il suffisait de porter la barbe dans notre région pour être pris pour un dangereux terroriste", sourit-il, les mains dans ce collier foisonnant et dense comme sa parole soudainement retrouvée : "Quoi qu'il arrive sur le front, Kadhafi est fini. C'est la revanche des opprimés."
A 41 ans, Shoukri Hasi est devenu imam dans la vieille ville côtière de Derna. Un de ces nombreux prédicateurs qui mobilisent et motivent les jeunes, depuis le début de l'insurrection, contre le colonel Kadhafi. Une tâche gagnée d'avance dans cette cité lépreuse et défoncée, une des plus conservatrices du pays, connue pour son hostilité au régime. Adossée au Jabal al-Akhdar, fertile chaîne de l'Est libyen, la ville fait partie de cette région délaissée et meurtrie par Mouammar Kadhafi pour avoir été le berceau de la Confrérie des Senoussi, ancien pilier de la monarchie libyenne renversée en 1969.
Très tôt, les opposants y ont été pourchassés et systématiquement arrêtés. Dans les années 1990, plusieurs centaines d'individus meurent au cours d'opérations militaires contre des islamistes radicaux. En 1996, le colonel Kadhafi ira jusqu'à bombarder au napalm l'arrière-pays de Derna, pourchassant un groupe de maquisards. Encore ces derniers jours, en plein soulèvement populaire, Saïf Al-Islam, un fils du Guide, a, dès sa première allocution télévisée, accusé ses habitants de vouloir instaurer "un émirat islamiste".
"Des foutaises, s'indigne Shoukri Hasi. Ils ont toujours agité le spectre de l'islamisme pour faire peur et justifier leur politique arbitraire. Bien sûr, il y a eu des groupes extrémistes parmi nous, mais c'était la seule échappatoire contre le régime."
Mesurer aujourd'hui la force réelle de l'islam politique dans ce fief traditionnel de la Cyrénaïque aux profondes racines religieuses est difficile. Les années de répression et de frustration, la soudaine liberté d'expression et les différents courants politiques et islamiques forment un cocktail bouillonnant. La région a abrité quelques cellules des Frères musulmans, qui s'étaient rapprochés de l'organisation islamiste égyptienne. Les membres de cette confrérie ont été durement réprimés par le régime, mais leur influence reste palpable.
Cette partie de la Libye a également été le théâtre d'opérations de groupes islamistes ayant appelé au Djihad en Afghanistan ou en Irak. Le plus connu d'entre eux fut le Groupe islamique combattant en Libye (GICL), fondé en 1995. L'organisation est aujourd'hui considérée comme inactive, mais une poignée d'anciens aurait repris les armes pour se battre contre les troupes du colonel Kadhafi, selon différents témoignages.
Encore en 2007, une liste d'une cinquantaine de noms originaires de Derna et d'autres localités libyennes avait été retrouvée dans la ville irakienne de Sinjar. Un an plus tard, une dépêche diplomatique américaine estimait que le ressentiment contre le Guide de la révolution, entretenu à Derna, nourri par une propagande idéologique des vétérans de "la Guerre Sainte", en faisait une ville particulièrement propice à l'émergence de recrues pour Al-Qaida.
"Certains sont réellement partis se battre, mais la très grande majorité a simplement fui le pays et suivi des études à l'étranger. Ils sont revenus avec des propos plus modérés et plus en phase avec leur temps", affirme Mohammed Misouri, ingénieur de 57 ans et figure respectée de la ville. A l'image d'islamistes turcs ou de nombreuses cellules des Frères musulmans, il veut croire que les anciens militants aspirent désormais à "la démocratie et la paix".
Comme l'immense majorité des hommes de la ville, Shoukri Hasi et Mohammed Misouri viennent prier le plus souvent possible à la grande mosquée centrale d'Al-Sahaba qui abrite le tombeau d'un des compagnons de Mahomet. Le lieu, occupé quasiment nuit et jour, est le poumon de la ville, l'espace de rencontres, d'échanges et, depuis peu, de réunions du conseil municipal créé par les insurgés.
Dans la salle de réception, une longue chaîne humaine n'en finit pas de contempler les dizaines de photos des "martyrs" accrochés aux murs. Les morts passés du régime, ceux qui n'ont pas survécu aux geôles du colonel Kadhafi. Tous ceux de Derna exécutés en 1996 dans cette prison d'Abou Salim où 1 270 détenus ont péri en quelques heures sous la mitraille des soldats. Ceux encore tombés au front. Tous mélangés, exposés aux regards des visiteurs, première étape d'une réappropriation de leur histoire commune.
"Nous ne partons pas de rien", affirme Hassan Steta, ingénieur d'une cinquantaine d'années, dont dix-sept passées derrière les barreaux pour avoir rencontré des opposants au régime lors de ses études aux Etats-Unis. "Il y a des gens particulièrement qualifiés dans la région et les années de répression ont créé une réelle conscience politique."
Comme d'autres, Hassan se dit "proche" des Frères musulmans : "Contre Kadhafi, je soutiens tous les mouvements d'opposition, qu'ils soient de gauche, libéraux ou nationalistes. Mais les Frères ont changé. Ils sontdevenus plus tolérants et ouverts à force d'avoir été poussés à vivre ailleurs."
Mansour Al-Hasadi opine du chef. Chemise, barbe hirsute, cravate dans la poche, cet enseignant de 48 ans, cousin d'Abdul Hakim Hasadi, accusé par le clan Kadhafi d'être un extrémiste religieux, dit "simplement vouloir, comme tous ici, la paix, la démocratie et un Etat de droit". Il rappelle qu'avant l'arrivée au pouvoir du colonel Kadhafi, Derna avait élu une femme, Fatiha Hachoul, à la tête de la mairie. Une manière de souligner que c'est le Guide qui a plongé la Libye dans l'obscurantisme. Il sourit : "La démocratie ne donne peut-être pas à manger, mais ouvre les esprits."
Sur la route qui longe la corniche, un jeune barbu muni d'une kalachnikov est venu distribuer pour la première fois depuis le début de l'insurrection des tracts à un check-point. Une feuille signée par un groupe "salafiste" basé à "Alexandrie", en Egypte. Le texte invite à suivre les préceptes de Dieu et de combattre à ses côtés. Un papier rejeté par tous les occupants de la voiture.
"Ce n'est pas bon, glisse Wannis Mohammad, un des passagers du véhicule. Nous avons su évoluer ici, mais si les Occidentaux ne nous aident pas très vite à venir à bout de Kadhafi et à imposer cette démocratie, les radicaux pourraient devenir les grands vainqueurs de toute cette histoire."
Nicolas Bourcier Article paru dans l'édition du 18.03.11

http://lemonde.fr/afrique/article/2011/03/17/a-derna-les-islamistes-longtem…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 18 Mar - 23:43 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Panteleimon
Équipe de modération
Équipe de modération

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2010
Messages: 70
Religion: Orthodoxe
Localisation: Comté de Nice (Occitanie)
Sexe: Masculin
Point(s): 1
Moyenne de points: 0,01

MessagePosté le: Jeu 31 Mar - 09:36 (2011)    Sujet du message: Libye Répondre en citant

Citation:
Le P. Piero Gheddo, cofondateur des Editions missionnaires italiennes et de l’ONG Mani Tese, directeur du bureau d’histoire de l’Institut pontifical des missions étrangères, a fondé en 1987 l’agence Asia News, qui est l’une des principales sources d’information sur l’Asie et le Proche Orient (en anglais, italien et chinois). Le 29 mars, il a publié un texte sur la Libye, dont voici la traduction.

L’Occident s’est mis du côté des opposants à Mouammar Kadhafi, qui devra choisir entre mourir à Tripoli réduite en décombres, ou accepter l’exil dans un pays ami. Actuellement ce n’est qu’une question de temps, et il serait superflu de rappeler ce que le pape a dit à de nombreuses reprises. Et encore hier, le 27 mars, après l’Angélus, Benoît XVI a dit : « Face aux nouvelles, toujours plus dramatiques qui proviennent de la Libye, je suis de plus en plus inquiet pour la sécurité de la population civile et mon appréhension grandit pour le développement de la situation, marquée aujourd’hui par l’utilisation des armes. En ces moments de grande tension, il est urgent de recourir à tous les moyens dont dispose l’action diplomatique et de soutenir aussi le plus petit signal d’ouverture et de volonté de réconciliation. » L’évêque de Tripoli, Mgr Giovanni Martinelli, ajoute : « La guerre aurait pu être évitée. Quelques jours avant que Sarkozy décide de bombarder, il y avait des lueurs d’espoir pour une vraie médiation. Mais les bombes ont tout ravagé. »

Dictateur depuis 1969, Kadhafi a d’abord suivi une ligne anti-occidentale, au point de financer le terrorisme islamique, des mosquées inspirées par l’extrémisme musulman, et des madrasas un peu partout dans le monde. Il expulsa 25000 Italiens et autres étrangers qui étaient la colonne vertébrale de l’économie et des services publics, réduisant le peuple à la misère. En 1986, Reagan bombarda les six tentes, à l’intérieur du camp militaire, l’une d’elles abritant le chef libyen, qui en réchappa par miracle. Isolé entre l’Egypte et la Tunisie pro-occidentales, il comprit que la ligne révolutionnaire courait à l’échec et, de ce fait, il changea peu à peu de politique : il a pu continuer de faire des discours révolutionnaires et anti-occidentaux, mais dans la pratique, particulièrement après la levée de l’embargo économique en 1998 et de l’embargo sur les armes en 2004, il commença un processus de rapprochement avec l’Occident et, ce qui est plus important, d’éducation de son peuple.

J’ai été en Libye en 2007, et je suis resté en contact avec des amis. Kadhafi utilisait les revenus du pétrole pour développer le pays : routes, écoles, hôpitaux, universités, logements à bas prix, un début d’industrialisation, et de développement agricole.

Le régime de Kadhafi est soutenu par les tribus de Tripolitaine, il a combattu celles de Cyrénaïque, la région qui s’est révoltée. Une rivalité traditionnelle, qui avait déjà causé des problèmes au temps de la colonisation italienne. Le récent soulèvement n’a pas été causé par la pauvreté, comme en Egypte et en Tunisie, et l’on remarque que parmi les nombreux réfugiés du Maghreb, aucun Libyen n’a fui de Libye, signe que les gens n’y étaient pas si mal. La révolte est le fait de rivalités tribales, et vient aussi de l’oppression d’une dictature qui ne permet pas l’émergence d’une participation du peuple dans la politique et la conduite du pays.

Mais nous ne pouvons pas oublier ce que le dictateur a fait : il a envoyé les filles à l’école et au collège, a aboli la polygamie, et a édicté des lois en faveur des femmes mariées : par exemple, il a interdit de garder les femmes enfermées. Surtout, il a contrôlé et surveillé de près l’extrémisme musulman. Une commission d’érudits, à Tripoli, préparait à l’avance les textes religieux pour le vendredi, et les envoyait à toutes les mosquées du pays, et les imams devaient lire ce texte, sans y ajouter ou en retrancher quoi que ce soit, sous peine de perdre leur poste.

Jusqu’à ce jour il y avait la liberté religieuse en Libye. Les 100000 chrétiens (tous travailleurs étrangers, en grande partie des coptes), malgré de nombreuses limitations, jouissaient de la liberté de culte. La Caritas de Libye est respectée et on lui demande souvent d’intervenir. Deux faits particuliers. En 1986, Kadhafi écrivit au pape Jean-Paul II, lui demandant des religieuses italiennes pour les hôpitaux. Cette requête venait du bon exemple qu’avaient donné deux soeurs franciscaines italiennes qui avaient assisté le père de Kadhafi jusqu’à sa mort. Aujourd’hui, en Libye, il y a environ 80 religieuses catholiques des Philippines et d’Inde, de même que de nombreux médecins philippins, indiens, libanais, italiens. Mgr Martinelli m’avait dit : « La présence de ces jeunes femmes chrétiennes, professionnellement formées, attentives aux besoins des patients, les soignant avec amour, est en train de changer l’image du christianisme parmi les musulmans. » Cela n’est possible dans aucun autre pays islamique.

Un second fait. J’étais dans le désert, à 900 ou 1,000 km de Tripoli, où la région était florissante grâce à l’eau tirée des profondeurs de la terre. Un lac de 35 km de long, des champs cultivés et des villes, où 20 ans avant il n’y avait rien. La capitale de la région de Sabha a 80000 habitants, et c’est là qu’habite le prêtre et médecin Giovanni Bressan, de Padoue, qui a été l’un des fondateurs de l’hôpital. Le P. Bressan rassemblait autour de lui de nombreux réfugiés de pays africains du sud du désert. Il a fondé une église, une école, et un centre communautaire. Les Africains travaillent pendant trois ans ou plus, et quand ils ont assez d’argent il cherchent à gagner l’Italie… Le P. Bressan a réussi à faire rester quelques familles. Le processus de complète intégration de la Libye dans le monde moderne et la Charte des droits avait commencé. Je ne défends pas Kadhafi et sa dictature, mais il me semble simplement honnête de témoigner des aspects de son gouvernement qui ont été complètement ignorés ces derniers jours.

Le 26 mars, Magdi Cristiano Allam écrivait dans le journal italien Il Giornale : « Dans la guerre qui a éclaté en Libye et qui voit l’Italie en première ligne, la seule certitude réelle, au-delà des intentions de ceux qui l’ont déclenchée, est que les islamistes gagneront et que, par conséquent, les populations des rives est et sud de la Méditerranée seront soumises de façon croissante à la charia, la loi islamique qui nie les droits humains et légitime la dictature théocratique. Un résultat qui est exactement le contraire des proclamations de Sarkozy et Obama et de leur utilisation excessive de slogans comme “liberté et démocratie”. »


http://fr.novopress.info/81452/ce-que-jai-vu-dans-la-libye-de-kadhafi-par-l…


Revenir en haut
Panteleimon
Équipe de modération
Équipe de modération

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2010
Messages: 70
Religion: Orthodoxe
Localisation: Comté de Nice (Occitanie)
Sexe: Masculin
Point(s): 1
Moyenne de points: 0,01

MessagePosté le: Jeu 31 Mar - 09:37 (2011)    Sujet du message: Libye Répondre en citant

Très franchement, je crois de plus en plus que la classe politique actuelle UMPS et le pouvoir (Sarközy, Juppé etc.) veulent réellement un monde islamiste.

Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Jeu 18 Fév - 19:41 (2016)    Sujet du message: Libye Répondre en citant

Colloque Association pour l'Histoire du 18 janvier 2016 : Aux origine de l'islam contemporain
Bernard Lugan : l'islamisme à la conquête de la Libye

https://www.youtube.com/watch?v=EJEk-4oJkaE



_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:35 (2017)    Sujet du message: Libye

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Religions Index du Forum -> Parlons de tout -> Politique/Actualité/Monde/Evénement Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky