Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Le cas du prophète Muhammad.
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Religions Index du Forum -> Islam -> Discussions sur l'islam
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 250
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 592
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Lun 19 Oct - 15:06 (2015)    Sujet du message: Le cas du prophète Muhammad. Répondre en citant

Khomeyni :

"L'homme peut avoir le plaisir sexuel d'un enfant aussi jeune qu'un bébé. Cependant il ne doit pas pénétrer, mais sodomiser l'enfant. Si l'homme pénètre et cause des dégâts à l'enfant alors il devrait être responsable pour l'existence de cette fille pour toute sa vie. Cette fille, cependant ne compte pas comme une de ses quatre femmes permanentes. Cet homme ne peut pas épouser la sœur de cette fille."

Source : (Livre de Khomeini, "Tahrirolvasyleh", quatrième volume, Darol Orm, Gom, Iran, 1990)

il dit :

"L'homme peut avoir des rapports sexuels avec des animaux tel que les moutons, vaches, chameaux et ainsi de suite. Cependant il doit égorger l'animal après qu'il a eu son orgasme. Il ne doit pas vendre la viande aux gens de son village, cependant la vente de cette viande à un autre village proche est acceptable."

Source : (Du livre de Khomeini, "Tahrirolvasyleh", quatrième volume, Orme Darol, Gom, Iran, 1990)

il dit :

"Si on a commis un acte de sodomie avec une vache, une brebis, ou un chameau, leurs urines et leurs excréments deviennent impurs, et même leur lait ne peut plus être consommé. Cet animal doit être tué le plus vite possible et brûlé."

Source : (Le petit livre vert, Proverbes d'Ayatollah Khomeini, Politique, Phylosophica, Social et Religieux, page 47)

Al-Khumayni a dit, à ce propos :

« L’imam ne peux négliger ou oublier quoi que ce soit et nous croyons qu’ils sont parfaitement connaisseurs de tout ce qui profite aux musulmans. »

4 Chapitre : Les imams connaissent tous les livres dans toutes les langues. [« Al-Usul min al-Kafi » dans le Tome 1, page 228]
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 19 Oct - 15:06 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 250
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 592
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Mar 16 Fév - 14:46 (2016)    Sujet du message: Le cas du prophète Muhammad. Répondre en citant

Mahomet était petit et costaud. Quelques années plus tard, il apparut aussi qu'il était particulièrement bien membré. La première chèvre qui en fit l’expérience en fut fort irritée.
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 250
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 592
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Jeu 25 Fév - 15:51 (2016)    Sujet du message: Le cas du prophète Muhammad. Répondre en citant

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/j-ai-lu-et-relu-cent-fois-le-coran-178033



J’ai lu et relu cent fois le Coran et je crois savoir ce dont je parle





Pour les anciens militaires - dont je suis - le fait d'avoir séjourné en terre d'islam donne une ouverture d'esprit que n'ont, ni les universitaires, si diplômés soient-ils, ni les responsables politiques. Sous couvert de droit d'asile, d'accueil et de regroupement familial, on a ouvert toutes grandes les portes de notre territoire à d'autres types de sociétés et à l'islamisme sans en avoir fait la critique historique. Nous en subissons aujourd'hui les conséquences. Prise de conscience bien tardive, une chaire vient d'être créée au Collège de France ayant pour sujet "Le Coran. Texte et transmission". Hélas ! Je suis comme soeur Anne ; mise à part quelques conférences sans grand intérêt, je ne vois rien venir. Pire, cela fait plus de cinq mois que je demande au titulaire de donner sa réponse à l'énigme de la sourate 18 versets 24 et 25. L'intéressé ne répond pas, pourquoi ? Parce qu'il ne sait pas, ou parce qu'il ne veut pas répondre ?


Le Coran n'a pourtant abolument rien de mystérieux. Il ne mérite ni l'opprobre dont on l'accable, ni l'ennui que certains trouvent à le lire. Il s'agit d'un document, témoin d'une époque, d'un intérêt historique certain, mais ni plus ni moins que d'autres textes. En revanche, il est absolument scandaleux que la puissance publique ne cherche pas à en donner une interprétation plus fiable.


Querelles stériles d'universitaires, les uns pensent que le Prophète n'a fait que recopier des textes existants, d'autres prétendent que le Coran n'a éte écrit et mis en forme qu'après sa mort... C'est absurde !... Ce qui est certain, par contre, c'est que le calife Othmân a mis une sacrée pagaille en imposant un classement des sourates par ordre de grandeur aux dépens de l'ordre chronologique. Cette modification est grave, car elle fait se mélanger les sourates pacifiques de La Mecque avec celles guerrières de Médine. Soyons clair ! Nous avons affaire, au moins, à trois Mahomets successifs et différents, voire contradictoires, et donc à trois comportements qui se succèdent dans le temps et qui ne se ressemblent pas. Cela change tout pour les prosélytes. Ou bien, on est croyant pacifique, partisan de l'un, ou bien on est croyant guerrier, partisan des autres.



À La Mecque, la prédication publique de l'islamisme par Mahomet - page 76 du Mohammed, sceau des prophètes, d'après Tabari, éditions Sindbad - est on ne peut plus claire, sauf sur le fait que Mahomet est présenté comme un individu alors qu'en réalité, c'est un conseil de sept membres comme je l'ai expliqué par ailleurs. Je ne sais pas s'il en était ainsi pour les autres disciples. Peu importe ! Comme les autres conseils, Mahomet s'asseyait en cercle dans la mosquée. C'est Abou Becker qui avait le cercle le plus important.


Il n'y a aucune difficulté à retrouver dans le texte coranique les sourates mecquoises de prédication. Ce sont les plus nombreuses.

Sourate 36, versets 4, 5 et 6. Celui qui est puissant et miséricordieux t'a envoyé le Coran afin que tu leur prêches une religion qui n'a point été enseignée à leurs pères ; mais ils vivent dans l'insousciance.

Sourate 6, verset 92. Nous l'avons fait descendre du ciel, ce livre béni, pour confirmer les anciennes Écritures, pour que tu les prêches à la Mecque et dans les villes voisines.

Ces deux sourates résument l'essentiel : il s'agissait de persuader des femmes et des hommes insouciants qu'il y avait, après la mort, un tribunal de Dieu qui les jugerait. Il s'agissait, en même temps, de les amener à une conduite morale dans le cadre d'une société rénovée ayant une seule et unique religion pour guide. Instruit par les troubles religieux qui déchiraient la société de son époque, il est clair que Mahomet a lutté pour faire l'unité d'une Arabie n'ayant qu'une seule religion. Vu la concurrence chrétienne depuis Rome et le Yémen et la concurrence juive depuis les colonies juives implantées, il lui a semblé que la solution raisonnable était de les rapprocher dans un islamisme après en avoir corrigé les points inconciliables.

Pour ne pas être taxé de laxisme, c'est une rigueur tout ce qu'il y a de plus judaïque que Mahomet a imposée à ses disciples (obligation de la prière, jeûne, nourritures interdites...).

Quel est ce "nous" qui s'adresse au Prophète et qui lui dicte ce qu'il doit enseigner ? Seraient-ce les moines de Bahira ? Est-ce Dieu qui s'exprimerait par leur intermédiaire ? Serait-ce l'ange Gabriel ? Encore aujourd'hui, on peut voir sur un mur du monastère en ruines des fresques le représendant dans une annonce à Marie.



Le monastère de Bahira était détenteur de livres saints. De toute évidence, il est l'un de ces monastères qui se sont opposés aux décisions du concile de Nicée qui fit Jésus, homme et vrai Dieu. De toute évidence, Mahomet est le nouvel apôtre que ces moines ont choisi pour relancer la religion issue d'Abraham, d'une part avec des chrétiens qui auraient accepté que Jésus ne soit qu'un prophète, d'autre part avec des juifs qui auraient accepté d'ajouter à leurs prophètes, Jésus et Mahomet.

Qu'on ne se trompe pas ! La prédication de la Mecque s'inscrit dans le rappel de l'histoire sainte et héroïque du peuple élu d'Israël prolongée par les évangiles. Abraham, Moïse, Aaron, David, Salomon, y sont présentés comme des modèles de sagesse. C'est un véritable catéchisme de commentaires éducatifs. Quant aux questions de société, il a bien fallu que le prêcheur cherche à y mettre un peu d'ordre, en particulier au sujet des femmes, éternel sujet de chicayas, première ébauche d'une charia.

Les actes de violence, ce sont Mahomet et ses disciples qui en étaient alors victimes, actes de violence savamment mis en exergue dans le Coran. Cela donnait en effet au mouvement une auréole de martyr tout en justifiant par la suite la légitimité d'une révolte. Le Mahomet de la Mecque s'élève, certes, contre les pratiques idolâtres (sourate 6) mais, dans ce premier temps, il ne condamne ses adversaires qu'à l'enfer.

Si Dieu l'avait voulu, une même et seule religion aurait embrassé toute la terre (sourate 42, verset 6)... sourate pour le moins équivoque.



La sourate de la vache, sourate 2, marque probablement le passage du Mahomet pacifique de la Mecque au Mahomet guerrier de Médine.

Constatant l'échec de la prédication du Mahomet de la Mecque, le nouveau Mahomet de Médine dresse un long et sévère réquisitoire contre les idolâtres, les chrétiens et les juifs incrédules (verset 99). Ces incrédules ont refusé de croire au Coran, notamment les deux derniers, qualifiés plus précisément d'infidèles. Ils auraient dû l'accueillir puisqu'il confirmait leurs écritures (verset 83). Nous sommes probablement à l'époque où le Mahomet deux, devenu guerrier, lance depuis Médine ses expéditions contre les caravanes mecquoises tout en appelant au soulèvement ses partisans restés sur place. Tuez vos ennemis partout où vous les trouverez ; chassez-les des lieux d'où ils vous auront chassés... Ne les combattez point auprès du temple Haram à moins qu'ils ne vous provoquent. S'ils vous attaquent, baignez-vous dans leur sang. Telle est la récompense due aux infidèles (verset 187). Mais s'ils quittent l'erreur, le Seigneur est indulgent et miséricordieux (verset 188).

Mahomet II exhorte ses partisans restés à la Mecque à le rejoindre dans son exil (sourate 4, verset 101). Il durcit sa position contre les juifs et la modère à l'égard des chrétiens (sourate 5, verset 85).



La sourate 8, le butin, est un chant de victoire après la victoire musulmane de Beder sur les Koraïchites de La Mecque.

Dieu avait dit à ses anges : encouragez les croyants, j'épouvanterai les impies... n'épargnez aucun d'eux (verset 12).

Dieu vous montra en songe l'armée ennemie peu nombreuse. S'il vous l'eut fait paraître plus formidable, vous auriez perdu courage, et la discorde vous eût désunis... (verset 45)

Après cette victoire, Mahomet II s'est trouvé conforté dans sa nouvelle religion et dans son projet de réforme d'une société plus juste. Ô croyants ! obéissez à Dieu et à son apôtre ; ne vous écartez jamais de ce devoir ; Écoutez sa parole ! (verset 20).

Juste rétribution, toujours selon lui, les biens des impies vaincus sont donnés aux vainqueurs comme une aumône de purification et d'expiation "à cause de leur désobéissance"... ceci pour la paix de leur âme... si Dieu, l'indulgent et le miséricordieux, le veut bien (sourate 9, versets 102 à 105).


Mais après le désastre d'Ohod, où, de toute évidence, le deuxième Mahomet a trouvé la mort, le troisième Mahomet - ressuscité - se voit bien obligé de renouveler l'acte de foi. Il s'agit de la sourate 3. Il y réaffirme l'origine divine du Coran dans le prolongement du Pentateuque et de l'Évangile mais tout en admettant qu'il s'y trouve des versets allégoriques prêtant à interprétation (verset 5). Pour ne pas perdre la face, il rappelle la prodigieuse victoire de Beder de un contre deux que les musulmans avaient remportée avec le secours de Dieu (versets 11, 119 à 122). Il réaffirme l'unicité de Dieu (verset 55) mais il tend la main aux juifs et aux chrétiens de bonne foi. ... Dis aux juifs et aux chrétiens : terminons nos différends, n'adorons qu'un Dieu, ne lui donnons point d'égal ; qu'aucun de vous n'ait d'autre Seigeur que lui. S'ils refusent d'obéir, dis-leur : vous rendrez témoignage que nous sommes croyants (verset 57), c'est-à-dire des hommes de foi, ni idolâtres, ni incrédules, ni infidèles.

Après avoir rappelé la victoire de Beder, ce troisième Mahomet aborde le sujet délicat de la tragique défaite d'Ohod. Tout naturellement, il en rejette la responsabilité non pas sur Dieu mais sur les musulmans qui, après un premier engagement victorieux, avaient couru au butin permettant ainsi à Abou Sofyan de lancer une contre-attaque victorieuse. Dieu avait réalisé ses promesses quand vous poursuiviez vos ennemis défaits ; mais, écoutant les conseils de la lâcheté, vous disputâtes sur les ordres du Prophète (verset 145). Tandis que vous preniez la fuite en désordre, vous n'écoutiez plus sa voix qui vous rappelait au combat (verset 147). Très étonnant, ce troisième Mahomet qui n'a même pas un mot de compassion pour le Mahomet qui l'a précédé, lequel, dans cette bataille, avait laissé sa peau.

Pour répondre aux survivants qui, dans leurs folles pensées, prêtaient un mensonge à Dieu. Sont-ce là, disaient-ils, les promesses du Prophète ? Le Très-Haut serait-il l'auteur du désastre ? (verset 148), le verset suivant descendit du ciel : Dieu donne la vie et la mort. Il voit vos actions (verset 150). Puis : Dieu choisit les envoyés qu'il lui plaît (verset 174)... autrement dit : allez vous faire voir chez les grecs !


Ce troisième Mahomet commence mal mais finalement, l'emporte, pour le bonheur des uns et le malheur des autres.

Cela commence par une lamentable bavure. Le musulman Amrou avait coupé la tête, par erreur, à deux ambassadeurs d'une tribu qui voulait se rallier. La tribu envoya un message au Prophète : « Ces ambassadeurs ont été tués par ton serviteur Amrou. Paye-nous le prix du sang ou prépare-toi à la guerre ! » Le Prophète répondit : « Vous avez raison. Je payerai le prix du sang ». Puis il décida que les juifs des forteresses voisines payeraient en application d'un traité. Dans ce traité, il n'était pas prévu qu'un juif paye pour la bavure d'un musulman, mais il était écrit qu'en cas de contestation, il fallait s'en remettre au Prophète. Mahomet décida qu'on commencerait par faire payer les juifs Beni Nahdir.

Le Prophète sortit de Médine et il assiégea leur forteresse. Il ordonna de couper les dattiers (on ne sait pas pour quelle raison). Les juifs criaient du haut des remparts : « Couper des arbres est un crime et Dieu ne peut ordonner des crimes de ce genre. » Allah l'a permis leur répondit-on (Sourate 49 v. 5).


Au bout de onze jours, les Beni Nahdir capitulèrent. Ils furent autorisés à partir avec leurs femmes et leurs enfants, mais sans leurs biens. Dieu les donna au Prophète. Ce que Dieu a enlevé aux juifs dans les faubourgs de Médine, vous ne le donnerez pas aux riches mais au Prophète, à ses proches, aux émigrés, aux pauvres et aux orphelins (Sourate 59, v. 7).

Le Prophète était devenu de plus en plus violent. À Beder, il reprochait à Ali son interrogatoire musclé ; à Kaïbar, il donne l'ordre qu'on continue la question jusqu'à ce que l'interrogé parle ou qu'il meure.

Après la bataille du fossé,il assiégea la forteresse des Beni Qoraïzha qui capitulèrent après 25 jours de siège. Ils étaient 800. Le Prophète leur fit couper la tête ; holocauste réel ou symbolique ? Je ne sais pas.

Puis, entouré de 700 de ses hommes, habillés de blanc comme des pénitents, il se rendit à la Mecque pour accomplir le pélerinage. Les Mecquois se soumirent.

Agoravox, le 25 février 2016

Le Koran, traduction par Savary, Éditions Garnier Frères, 1958. (les numéros de versets peuvent varier en fonction des éditions).
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 250
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 592
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Sam 27 Fév - 14:44 (2016)    Sujet du message: Le cas du prophète Muhammad. Répondre en citant

Ismaël croit à PBSL et au Saint Coran
Il croit que PBSL a fendu la lune en deux
Il croit que PBSL a rencontré Adam, Abraham, Noé, Jésus... et même Allah Puissant et Sage

La vulgate Othman a délibérément écarté les versets sur la lapidation et les deux versets concernant l'allaitement des adultes mais ils sont restés dans la mémoire mahométane puisque il y a une Noble Fatwa qui a dit si une mahométane allaite 5 fois un adulte, elle devient aussi sacrée que le dos de sa mère naturelle. Il y a eu aussi un verset qui rendait halal la fornication avec des morts, il a été écarté mais les mahométans n'en tiennent pas compte. Combien de femmes mortes ont été violées par des fidèles de Mahomet assoiffés de sexe..


_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 250
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 592
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Lun 29 Fév - 12:36 (2016)    Sujet du message: Le cas du prophète Muhammad. Répondre en citant

Houdeyfa, l’imâm de Brest, boit de l’urine de chameau pour faire comme le “prophète”

L’imâm Rachid Abou Houdeyfa est imâm de la mosquée Sunna de Brest et dirige le Centre Culturel et Islamique de Brest (CCIB), membre du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) ! Il a 198 000 musulmans qui aiment sa page Facebook, il est donc parfaitement représentatif des musulmans pratiquants.
Il dirige aussi l’école Al Amâna qui ” propose un cursus d’étude pour les enfants (5-15 ans) réparti sur 4 niveaux : maternelle, débutants, intermédiaires, avancés. “. La mairie socialiste de Brest a délivré le permis de construire pour cette école (voir Le Télégramme), le ministère de l’Intérieur n’y voit rien à redire. Fustiger l’islamisme dans les médias, et continuer à le soutenir localement pour conserver le vote musulman, stratégie cynique du PS est décrite dans une enquête de 320 pages, Ces Maires quoi courtisent l’islamisme(éditions Tatamis, 2015).


Comme le rapporte une tradition authentique (hadith sahîh) de Boukhari et Mouslim :
« Le prophète صلى الله عليه وسلم leur ordonna de suivre ses chameaux et de boire leur lait et leur urine. C’est ce qu’ils firent jusqu’au recouvrement de leur santé. » Hadith rapporté par Al-Boukhari 7 : 590
Autre source de la charia, on lit que d’après ‘Anas ibn Malîk (compagnon du prophète), des gens de `Urayna vinrent à Médine trouver l’Envoyé d’Allah صلى الله عليه وسلم et comme ils eurent très mal au ventre, l’Envoyé d’Allah صلى الله عليه وسلم leur dit:  “Si cela vous convient, allez boire du lait et de l’urine des chamelles de l’aumône”. (source)




_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 250
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 592
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 16:19 (2016)    Sujet du message: Le cas du prophète Muhammad. Répondre en citant

L’urine du prophète

Dans l’islam,  l’urine animale n’est pas nécessairement une substance impure. Si elle provient d’un animal dont la viande est halal, elle est buvable. Ce qui explique la vente d’urines de chamelles laitières, même au 21e siècle.

Concernant l’urine humaine, elle est impure, excepté celle de Mohammad. Selon un hadith rapporté par Oum ‘Ayman, « Le messager d’Allah s’est levé une nuit et s’est isolé dans un coin de la maison pour uriner dans un bol. Je me suis levée pendant la nuit et j’ai eu soif, j’ai alors bu ce qu’il y avait dans le bol sans savoir ce que c’était. Le matin, le Prophète a dit : « Ô Oum ‘Ayman ! Jette ce qu’il y a dans le bol ». J’ai répondu : « Par Allah, j’ai bu ce qu’il y avait dedans ! » Le messager d’Allah s’est mis à rire jusqu’à faire apparaitre ses dents puis il a dit : « Tu n’auras plus jamais mal au ventre après ça ».

Anas, un des compagnons, a rapporté aussi que le messager d’Allah avait uriné dans un puits qui était situé dans sa maison et qu’il servait de cette eau fraîche à ceux qui lui rendaient visite.

Mohammad avait craché et peut-être aussi uriné dans le puits al-Tifla. L’eau de ce puits a acquis des propriétés médicinales.

Les urines du prophète soignent donc les maux de ventre.
Les excréments du prophète

Les excréments des animaux licites à manger ne sont pas considérés comme impurs. Pour ibn Taymiyya,  « Aucun des compagnons de l’envoyé d’Allah n’a dit qu’ils sont impurs ». Ils peuvent être vendus et utilisés en tant que combustible pour le feu ou à d’autres fins, comme méthode contraceptive par exemple : les musulmanes s’enfonçaient dans le vagin des compositions de divers ingrédients dont le crottin d’éléphant, et cela était permis par les savants religieux plus spécialisés dans le domaine de la médecine tels que Mohammed ibn Zakariya al-Râzi (m. 921) ou Ibn Sina alias Avicenne (m. 1037). Les femmes de l’Égypte antique usaient déjà de ce moyen de contraception.

Si les oulémas  qualifient d’impures les déjections humaines, là encore le prophète se situe à part. La tradition raconte que le fameux compagnon Jâber bin ‘Abdullah al-Ansâri (m. 697), grand guerrier de surcroit, pris un jour d’un féroce appétit voulut se remplir la panse en dévorant les matières fécales de Mohammad. Mais quelqu’un  lui chaparda ces victuailles si raffinées et si convoitées.

Il y a peu de temps, le grand mufti d’Égypte, ‘Ali Jouma’a,  a affirmé dans un livre que les cheveux, la sueur, le sang, l’urine du prophète étaient une source de bénédictions. Pour défendre ses écrits, il a récidivé en déclarant,  notamment dans la presse, que « Tout dans le prophète est pur, y compris ses matières fécales ».


Source
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 250
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 592
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Jeu 23 Juin - 12:16 (2016)    Sujet du message: Le cas du prophète Muhammad. Répondre en citant

Ali Sina est un apostat de l'islam de souche iranienne, il vient de faire publier en France ce livre.


La Psychologie de Mahomet et des musulmans d’Ali SINA
Préface de Ibn Warraq
Prix : 22€ , 490 pages, 14×20, Parution en librairie: 11 Novembre 2015, Disponible dés aujourd’hui chez l’éditeur en pré-commande.



Présentation :
Oublions le politiquement correct et posons-nous quelques questions.
Qu’est-ce qui ne va pas avec les musulmans ?
Pourquoi trouve-t-on si peu de liberté d’expression ou de vraie démocratie en pays musulmans ?
Pourquoi abusent-ils si souvent de leurs femmes et les traitent-ils comme des objets ?
Pourquoi les pays musulmans sont-ils si mal placés en termes de Droits de l’Homme ?
Pourquoi inquiètent-ils et assassinent-ils des gens pour les raisons les plus dérisoires ?
Pourquoi trouve-t-on chez eux plus de fanatisme et de terrorisme que dans toutes les autres religions réunies ?
Pourquoi sont-ils si souvent en guerre contre n’importe qui et entre eux ?
Pour comprendre les musulmans, Ali Sina nous dit que nous devons comprendre leur prophète.
L’Islam est le Mahométisme. Ses biographes rapportent que Muhammad (Mahomet) avait coutume de se replier dans une grotte et d’y passer des jours perdu dans ses pensées. Il a été pris de spasmes, a entendu des cloches sonner, a vu des fantômes. Il crut qu’un démon le possédait, envisagea de se tuer, mais son épouse le persuada qu’il était devenu un prophète.
Convaincu de son statut supérieur, Muhammad était intolérant pour ceux qui le rejetaient. Il assassinait ceux qui le critiquaient. Il a attaqué, pillé, massacré des populations entières. Il a réduit en esclavage des milliers de gens. Il violait, et permettait à ses hommes de violer leurs captives. Tout cela, il l’a fait en toute bonne conscience et convaincu de son bon droit.
Il était magnanime pour ceux qui l’admiraient, mais vindicatif envers ses détracteurs. Il croyait être l’humain le plus parfait de la création, et que l’univers avait été créé pour lui. Cela relève de la psychopathologie.
La psychologie de Mahomet et des musulmans va plus loin que les histoires. Il décrypte et explique la psychologie du plus influent, donc du plus énigmatique des hommes de l’histoire. Les musulmans imitent leur Prophète. C’est seulement en le comprenant, lui, que nous pouvons les comprendre, eux.
L’auteur : Né iranien et musulman, Ali Sina (http://alisina.org/) s’est installé au Canada. Il dirige Faith Freedom International (http://www.faithfreedom.org/french.htm), consacré à la remise en cause radicale de l’Islam sur la base d’une étude approfondie de ses textes fondateurs (Coran, Sunna).
Sommaire :
Préface d’Ibn Warraq – Chapitre 1 : Qui était Mahomet ? – Chapitre 2 : Le type de personnalité de Mahomet – Chapitre 3 : Les extases de Mahomet – Chapitre 4 : Autres troubles mentaux – Chapitre 5 : Problèmes physiques – Chapitre 6 : La secte de Mahomet – Chapitre 7 :
Pourquoi des personnes sensées suivent des personnes insensées – Chapitre 8 : la psychologie de la peur – Chapitre 9 : Vagues et effets – Chapitre 10 : Où allons-nous ?
Avis sur ce livre (paru en anglais en novembre 2011) :
« Une enquête profondément honnête, puissamment documentée, et terriblement pénétrante, sur les causes profondes du fanatisme et de la violence islamiques, qui menacent aujourd’hui le monde entier. Il faudrait le faire lire au Département d’Etat et à la Maison Blanche. » (Robert Spencer, directeur de Jihad Watch et auteur de The Politically Incorrect Guide to Islam and the Crusades)
« Pour La psychologie de Mahomet et des musulmans et la religion malfaisante qu’il a créée, je voudrais vous recommander de lire le livre d’Ali Sina Understanding Mahomet and Muslims. C’est un travail magistral, érudit, qui examine la vie de Mahomet et l’explique en montrant qu’il a instauré un culte de lui-même. C’était une vie laide, violente, narcissique, et elle maintient dans sa poigne plus d’un milliard de gens. » (Revues de livres par Alan Caruba, membre du National Book Critics)
« Avec grand courage, perspicacité, et un esprit incisif, Ali Sina démolit une série de mythes politiquement corrects sur l’Islam et son fondateur. On espère que les élites faiseuses d’opinion intégreront ses vues qui renversent les dangereuses illusions de l’Islam qu’ils se sont inventé. » (Andrew G Bostom, MD, auteur de « The Legacy of Djihad »)
« La guerre contre le djihad peut et doit être gagnée, en dépit des élites occidentales naturellement portées à l’apaisement et à la trahison. La première chose à faire est d’analyser honnêtement l’identité et le caractère de l’ennemi et la nature de la menace. Il est essentiel de rejeter les tabous et de parler de l’Islam sans crainte, sans culpabilité, sans les carcans de la pensée obligatoire. Le nouveau livre d’Ali Sina apporte une importante contribution à cet objectif. » (Dr S Trifkovic, éditeurs des affaires étrangères, CHRONICLES)
« Un regard puissant et sans concession sur une idéologie de haine et ce qui peut être fait pour l’éradiquer. Ce livre ne mâche pas ses mots. Une lecture obligée pour quiconque cherche à comprendre le terrorisme islamiste. » (Professeur Kim Ezra Shienbaum, PhD, Dept of Political Science, Rutgers University, Camden, New Jersey, rédacteur en chef de Beyond Jihad)
« Il y a un demi-siècle Whittaker Chambers, dans son livre Witness (« Témoignage ») nous avertissait sur le danger mortel du communisme. Maintenant Ali Sina reprend cet appel de clairon contre la menace de l’Islam. Witness pouvait seulement avoir été écrit par un de ceux qui connaissaient le communisme de l’intérieur ; la même chose peut être dite de The Islam Threat (« La menace islamique »), écrit du point de vue de quelqu’un qui connait intimement l’Islam de l’intérieur. L’Islam est encore bien plus dangereux que le communisme car il est camouflé en « religion » ». (Jacob Thomas, consultant sur les affaires du Moyen Orient / chroniqueur)
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 250
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 592
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Mar 5 Juil - 12:58 (2016)    Sujet du message: Le cas du prophète Muhammad. Répondre en citant

L'islam enseigne que son prophète est « un excellent modèle à suivre », qu'il est « d'une moralité imminente ». Mais qu'en est-il réellement de la vie sordide Mahomet ?


Un Mollah embrase un jeune garçon.

Ce sont les hadiths qui nous apportent l'éclairage sur la vie sordide de Mahomet. Les auteurs de ces hadiths sont des savants très respectés dans la tradition islamique :

- Sunan d'Abu Da'ud (en arabe : سنن أبي داود) sont l'un des six grands recueils de hadiths sunnite (se rapportant à la tradition du prophète de l’islam, Mahomet) recueillis par Abu Dawud.

- Abu Dawud a déclaré que certains des hadiths de son livre n’étaient pas authentiques, ce qui rend son livre différent du Sahih al-Bukhari et du Sahih Muslim.

L'auteur a recueilli 50 000 hadiths, mais 4800 seulement sont inclus dans ce recueil.

Les sunnites considèrent ce recueil comme le quatrième par ordre d’importance des six grands recueils de hadiths, après les sahihayn et les sunan d'Al-Nassâ'ï.

- Sunan de Musnad Ahmad ibn Hanbal est un collectionneur des Hadiths. Ibn Hanbal est un savant sunnite qui a reçu la distinction sunnite de madhab Hanbali.

La tradition islamique affirme que, Ibn Hanbal a fait un commentaire en ce qui concerne son livre, et il dit :

Il est dit par certains que Ibn Hanbal a fait un commentaire en ce qui concerne son livre qui se lit comme suit : « Je n'ai inclus un hadith dans ce livre si elle avait été utilisé comme preuve par certains savants ». Certains savants Hanbali, comme Abou Faraj ibn al-Jawzi a affirmé que, le Musnad contient des hadiths qui sont écrits par interpolation (c'est à dire le narrateur a fait un mélange des textes de la chaîne d'autorité). Certains parlent de 9 hadtihs concernés, d'autres par contre parlent de 15 Hadiths. Cependant, il est convenu que les hadiths soupçonnés par ce mélange ne concernent que les anciens et non les nouveaux.

- Ibn Hajar al-Asqalani

Al-Hafidh Shihabuddin Abu'l-Fadl Ahmad ibn Ali ibn Mohamed, mieux connu comme Ibn Hajar en raison de la renommée de ses ancêtres, al-Asqalani en raison de son origine familiale (arabe : ابن حجر العسقلاني) (18 Février 1372 au 2 Février 1449, 852 AH), était un érudit médiéval Shafiite sunnite de l'islam qui représente tout le royaume du monde sunnite dans le domaine de Hadith. Il est également connu comme Shaykh al-Islam.


I ) SUCEUR DE PÉNIS

1.1 ) « Il (le Prophète) lève sa chemise (de al Hassan) et embrassa son (petit) pénis »
روى أنه صلى الله عليه و سلم قبل زبيبة الحسن أو الحسين

« Il (le prophète) a embrassé le (petit) pénis de al Hassan al Husein »
رأيت النبي صلى الله عليه و سلم فرج ما بين فخذي الحسين و قبل زبيبته

« Il (le prophète) a mis les jambes de Husein part et embrassa son (petit) pénis »

1.2 ) Un autre Hadith. Majma al-Zawa'id, Ali ibn Abu Bakr al-Haythami, 299/9 مجمع الزوائد لعلي بن أبى بكر الهيثمي

رأيت رسول الله صلى الله عليه و سلم فرج ما بين فخذي الحسين و قبل زبيبته
رواه الطبراني و إسناده حسن

Traduit en anglais : « J'ai vu le Messager d'Allah sws mettre les jambes de Hussein part et d'embrasser son (petit) pénis ». Rapporté par Al-Tabarani et c'est l'authentification est entièrement validée par les savants islamiques.

Hussein et Hassan sont des petits garçons différents, c'est manifestement qu'on peut croire que Mahomet dans sa vie à embrasser plusieurs pénis.

1.3 ) Mahomet invite également les jeunes garçons de le voir se laver les parties intimes :

(Sahih Al-Bukhari, Volume 1, Livre 4, Numéro 152, vous pouvez aussi consulter les numéros 153-154) Selon Anas bin Malik :

« Chaque fois que l'Apôtre d'Allah est allé à répondre à l'appel de la nature, moi avec un autre garçon, avons l'habitude de l'accompagner avec un verre plein d'eau. (Hisham a commenté : + Alors qu'il peut laver ses parties intimes avec elle +) ».


II ) SUCEUR DE LANGUE

2.1 ) Nombre Hadith 16245, Volume Titre : « Les énonciations des Syriens », Titre du chapitre : « Hadith de Mu'awiya Ibn Abi Sufyan » :

« J'ai vu le Prophète (paix sur lui) sucer sur sa langue et ses lèvres Al-Hassan le fils de Ali (paix et prières d'Allah soient sur lui). Pour aucune langue et aucune lèvre, que celles du prophète lui protège du feu de l'enfer ».

2.2 ) Mahomet avait l’habitude de sucer les langues des jeunes enfants :

« Ou est le petit enfant ? Apportez-moi le petit enfant … Puis, le prophète, qu’Allah le bénisse et lui accorde la paix, a ouvert sa bouche et a mis sa langue dans sa bouche (à Hassan) ».

2.3 ) Mahomet avait l’habitude de sucer la langue de sa propre fille Fatima :

Fayd al Kadeer, Al Mennaoui, 5/7178 فيض القدير للمناوى

(كان يمص اللسان) أي يمص لسان حلائله و كذا ابنته فقد جاء في حديث أنه كان يمص لسان فاطمة

« Il (Mahomet) suçait la langue de Fatima (sa fille) ».

Behaar al Anwaar, Al Maglisi 43/42 بحار الأنوار للمجلسى

أنه كان النبي لا ينام حتى يقبل عرض و جه فاطمة، يضع وجهه بين ثديي فاطمة

« Il (Mahomet) ne dormait pas avant d’avoir embrassé le front de Fatima (sa fille) et enfoui son visage entre ses seins ».


III ) AIMER CARESSER LES HOMMES

2.1 ) « Un jour, Mahomet a soulevé sa chemise pour un homme qui s'est mis à embrasser son torse tout entier, à partir de son nombril et jusqu'à ses aisselles » (Sunan Abi Dawud # 5224)

3.2 ) Un homme du nom de Zahir qui avait l'habitude de dire « le prophète m'aime », a dit qu'un jour, Mahomet s'est glissé à son insu derrière lui et l'entoura de ses bras. Zahir effrayé a hurlé « Lâche moi ! ». Après avoir tourné la tête et découvert que c'était Mahomet, il cessa de se débattre et s'est mis à « pousser son dos contre la poitrine du prophète » (Musnad Ahmad # 12669)

3.3 ) Aïcha a rapporté que « Le prophète ... était couché dans ma maison avec ses cuisses ou ses jambes à découvert quand Abu Bakr a demandé la permission d'entrer. La permission lui a été accordée et il a conversé dans ce même état et il a parlé » (Muslim#031.5906).


IV ) NÉCROPHILE

« Le Messager d’Allah a retiré sa chemise et l’a mise sur Oum Ali, et il a couché avec elle dans sa tombe ».

Kanz al-Ummal, al-Hindi, 37611 كنز العمال للهندي

37611 – عن ابن عباس قال : لما ماتت فاطمة أم علي خلع رسول الله صلى الله عليه و سلم قميصه وألبسها إياه واضطجع في قبرها فلما سوى عليها التراب قال بعضهم : يا رسول الله رأيناك صنعت شيئا لم تصنعه بأحد ؟ قال : إني ألبستها قميصي لتلبس من ثياب الجنة واضطجعت معها في قبرها لأخفف عنها من ضغطة القبر إنها كانت أحسن خلق الله صنيعا إلى بعد أبي طالب

« Mahomet a dit : + Je l’ai habillée (Fatima, la femme morte) de ma chemise afin qu’elle soit vêtue de robes célestes et j’ai couché avec elle dans sa tombe afin qu’elle soit soulagée de la pression de la tombe + ».

Plusieurs pays arabo-musulmans ont voté une loi du « Rapport Sexuel d’Adieu », qui permet les rapports sexuels pendant les premières six heures du décès


V ) AVEC SA FEMME-ENFANT


5.1 ) D'autres pratiques malades de Mahomet comprennent ayant sa jeune épouse de l'enfant essuyer le sperme de ses vêtements, avec Bukhari :

(Sahih Al-Bukhari, Volume 1, Livre 4, Numéro 229) Rapporté 'Aisha:

« J'avais l'habitude de laver les traces de Janaba (sperme) des vêtements du Prophète et il avait l'habitude d'aller à la prière tandis que des traces de sperme était encore sur lui ».

5.2 ) (Sahih Al-Bukhari, Volume 1, Livre 4, Numéro 231, vous pouvez aussi consulter Nombre 232) Rapporté Sulaiman bin Yasar:

« J'ai demandé à 'Aisha sur les vêtements souillés de sperme. Elle répondit : + J'avais l'habitude de le laver les vêtements de l'apôtre d'Allah et qu'il irait à la prière tandis que les taches d'eau étaient encore visibles + ».

5.3 ) (Sahih Al-Bukhari, Volume 1, Livre 4, Numéro 233) Rapporté 'Aisha:

« J'avais l'habitude de laver le sperme hors les vêtements du Prophète et même alors, je remarquais un ou plusieurs points sur eux ».


NOTE :

La pédo-homosexualité est aussi, le fait de sucer le pénis, de sucer la langue d'un jeune garçon. Le Coran contient des sourates non seulement qui interdisent l'homosexualité, mais aussi qui demande de sanctionner :

- [Coran 4 :15] : « Celles d'entre vos femmes qui commettent l'acte immorale, (lesbiennes) demandez à quatre, s'ils témoignent, enfermez les dans les maisons jusqu'à ce que la mort mette fin à leur vie ou que Allah leur aménage une issue ».

- [Coran 4 :16] : « Si deux hommes d'entre vous le commettent, faites leur du tort. Mais s'ils reviennent au droit chemin et qu'ils corrigent leur conduite, laissez les en paix, certes Allah est foncièrement absoluteur et miséricordieux ».

Par ailleurs, le Coran est formel, l'absolution et la miséricorde ne sont point destinées à ceux qui font les mauvaises actions, Sanction : « faites leur du tort ([Coran 4 :16]) jusqu'à ce que la mort se présente à eux », voir la sourate suivante :

- [Coran 4 :18] : « L'absolution n'est point destinée à ceux qui font les mauvaises actions jusqu'à ce que la mort se présente à l'un d'eux et qu'il dise alors : + maintenant je retourne à la bonne voie + ni a ceux qui meurent en état de mécréance. Ceux la, nous leur avons préparé un supplice douloureux ! ».

Mahomet se permettait, ce qu'il interdisait aux autres ... Pour en bénéficier, c'est Allah qui lui permet, plus de droit sur les croyants qu’ils n’en ont sur eux-mêmes, comme le témoigne la sourate suivante :

|Coran 33 :6] : « Le Prophète a plus de droit sur les croyants qu'ils n'en ont sur eux-mêmes ... Et cela est inscrit dans le Livre ».

D'autre part, le Coran invite tout musulman de prendre exemple sur Mahomet :

[Coran 33 :21] : « En effet, vous avez dans le Messager de Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Dieu fréquemment ». Puis : « Et tu es certes, d'une moralité imminente » [Coran 68 :4].
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:37 (2018)    Sujet du message: Le cas du prophète Muhammad.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Religions Index du Forum -> Islam -> Discussions sur l'islam Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky