Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
entretien avec Taslima Nasreen

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Religions Index du Forum -> Islam -> Discussions sur l'islam
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hina
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2009
Messages: 435
Religion: catholique
Localisation: france
Sexe: Féminin
Point(s): 110
Moyenne de points: 0,25

MessagePosté le: Sam 27 Mar - 19:32 (2010)    Sujet du message: entretien avec Taslima Nasreen Répondre en citant

Extrait :

A. D. V. — Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, basé à Genève, a émis une résolution le 27 mars 2008 qui limite la liberté d’expression en cas d’« islamophobie ». Comment réagissez-vous à cette initiative ?
T. N. — Cette résolution fut une très mauvaise nouvelle pour moi. En condamnant le « blasphème » et en tentant d’assimiler la critique des religions à la « diffamation » ou au « racisme », ce texte signe purement et simplement l’arrêt de mort de la liberté d’expression — une liberté d’autant plus fondamentale que c’est d’elle que découlent toutes les autres formes de liberté. Céder sur ce point est extrêmement grave.
En agissant de la sorte, les Nations unies renforcent la position des fondamentalistes, lesquels n’ont d’autre ambition que de maintenir les communautés musulmanes du monde entier dans l’obscurantisme. D’une manière générale, les initiatives visant à pénaliser la « diffamation des religions » sont inquiétantes : elles risquent de légitimer les États qui musellent la liberté d’expression et qui se dotent de lois anti-blasphème parfois sanctionnées par la peine capitale.
A. D. V. — Ne doit-on pas limiter la liberté d’expression en cas d’atteinte grave à la dignité des croyants ?
T. N. — Non. Il ne doit pas y avoir de limites à la liberté d’expression. La lutte contre l’« islamophobie » est un instrument politique au service des fondamentalistes islamistes. Elle vise à faire taire les personnalités qui défendent la laïcité et qui dénoncent les crimes de l’islam et surtout de l’islamisme. Étonnamment, alors qu’il est permis critiquer le christianisme, le judaïsme, l’hindouisme, le bouddhisme et des centaines de « ismes », l’islam, lui, est intouchable !
Or sans liberté de blâmer, aucun progrès n’est possible dans les sociétés islamiques. On ne devrait ressentir aucune crainte à risquer d’être qualifié d’« islamophobe ». La critique de l’islam n’est pas uniquement nécessaire pour les non-musulmans ; elle l’est surtout pour les musulmans eux-mêmes. Tous ceux qui se proclament « pro-musulmans » et qui aiment les peuples de l’islam ne devraient pas encourager les musulmans à adopter des lois anti-femmes fondées sur la religion. Les peuples des États musulmans devraient, au contraire, se battre pour la laïcité et la sécularisation, et s’employer à dissocier la religion de l’État.
A. D. V. — Diriez-vous que l’Europe et les Nations unies capitulent devant le fondamentalisme islamiste ?
T. N. — Certains signes tendent à le montrer. En Grande-Bretagne, par exemple, on commence à appliquer la loi islamique, et les initiatives visant à réprimer l’islamophobie constituent des débuts de limitation de la liberté d’expression. Cependant, je reste persuadée que, globalement, l’Europe est plus attachée à la liberté d’expression que beaucoup d’autres régions du monde, y compris les États-Unis. L’Europe est bien plus libre et bien plus civilisée que nos pays musulmans. J’espère que cela durera…

http://blog.alexandredelvalle.com/archives/295-Entretien-exlusif-avec-Tasli…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 27 Mar - 19:32 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Sam 10 Avr - 18:49 (2010)    Sujet du message: entretien avec Taslima Nasreen Répondre en citant

Taslima Nasreen, Wafa Sultan comme Ayaan Hirsi  devraient être prises en exemple
ar des musulmans modérés.
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
hina
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2009
Messages: 435
Religion: catholique
Localisation: france
Sexe: Féminin
Point(s): 110
Moyenne de points: 0,25

MessagePosté le: Sam 10 Avr - 18:51 (2010)    Sujet du message: entretien avec Taslima Nasreen Répondre en citant

Les musulmans modérés n'apprécient peut-être pas les apostats ? 

Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Sam 10 Avr - 18:59 (2010)    Sujet du message: entretien avec Taslima Nasreen Répondre en citant

S' ils suivent aveuglément le "prophète", c'est sûr que non.
Tuez celui qui quitte l' islam
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
eowyn
Équipe de modération
Équipe de modération

Hors ligne

Inscrit le: 20 Fév 2010
Messages: 31
Religion: catholique
Localisation: france
Sexe: Féminin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Dim 25 Avr - 10:44 (2010)    Sujet du message: entretien avec Taslima Nasreen Répondre en citant

Merveilleuse Taslima Nasreen, Caroline Fourest égale à elle-même...
mercredi 14 avril 2010, par Chantal Crabère



Lucide, d’une lucidité foudroyante, ainsi pourrait-on qualifier Taslima Nasreen, mille fois menacée de mort. Victime d’intégristes tantôt musulmans, tantôt hindouistes chassée de son pays le Bengladesh, puis chassée de l’Inde par des pouvoirs politiques complaisants avec les intégristes ou déjà sous leur emprise. Peu défendue par les mouvements de gauche, il faut du courage pour défendre quelqu’un victime d’une fatwa qui peut l’atteindre à tout moment partout de par le monde. Il faut donc saluer Caroline Fourest d’avoir entrepris l’exercice périlleux : écrire, avec elle, cette sonate à quatre mains mécréantes sur un clavier religieux. Toutes les deux nous proposent : Libres de le dire (1).
Les deux femmes comparent leur enfance et, peut-être, là est toute la différence des trajectoires de vie, des engagements. Le père de Taslima, laïque et rationaliste, délaisse sa mère et celle-ci tombe sous l’influence de musulmans intégristes. Taslima connaît alors la pression d’un endoctrinement forcené. Toute petite fille, elle résiste à tout, refuse d’apprendre l’arabe afin de ne pas subir la lecture du Coran, refuse de porter le voile intégral, refuse de croire ce que dit le chef, ami d’Allah, qui terrifie les croyants en leur racontant que : « Les pécheurs brûleraient en enfer, seraient piqués par des insectes et des serpents, et ne pourraient rien boire d’autre que de l’eau bouillante et du pus ». Heureusement, son père l’encourage à faire des études de médecine, elle découvre alors le vrai savoir, et la connaissance scientifique. Caroline raconte son enfance, et ça n’a rien à voir, bien qu’éduquée chez les sœurs elle fait sa communion pour avoir des cadeaux, mais elle n’y croit pas vraiment, elle jouit d’une grande liberté… L’une sort de son enfance déjà victime et rétive à toute religion, l’autre en sort délivrée et libre de ne pas croire, dans un pays laïque.
Taslima raconte ensuite tout son parcours. Etre menacée pour ses écrits contre les violences, ses positions contre les intégristes, sa défense des femmes. Elle décrit ses douleurs, ses angoisses, et l’on comprend bien que si l’engagement de l’une et de l’autre sont sincères le point de départ est différent. Alors que Caroline s’est engagée dans l’analyse des intégrismes religieux par choix et par curiosité intellectuelle elle ne conteste pas vraiment les religions, Taslima endoctrinée dès son plus jeune âge critique et rejette toutes les religions qu’elle estime globalement nocives à l’humanité car installant et vivifiant les intégrismes de par le monde. Elle sait ce qu’est l’islam ; on ne peut pas lui jouer la sérénade l’islam n’est pas l’islamisme. Si Caroline milite pour une inflexion des intégrismes, veut et croit à une lecture du Coran qui pourrait être moderne, l’autre pense que cela n’arrivera jamais.

Fidèle à elle-même Caroline écorne notre journal, page 189. Et on se demande bien dans quel but, ce que dit Taslima est dix fois plus percutant et critique que tout ce que nous avons écrit. Alors on a envie de lui demander : « Caroline pourquoi tant de haine ? »
Heureusement, Taslima ne lâche rien. Elle titille et critique Caroline sur de nombreux points ou celle-ci pense avoir œuvré intelligemment contre l’intégrisme. L’affaire des caricatures par exemple, Caroline semble très fière du dessin : « C’est dur d’être aimé par des cons », mais Taslima répond : « Décidément, les intégristes sont vraiment chanceux. Ils menacent, ils tuent au nom de Mahomet et ils peuvent passer pour des martyrs si des gens ont l’idée d’associer Mahomet avec leur bombe ».
Elle a bien jugé Caroline, coincée, quoiqu’elle en dise, dans son obsession de ne pas être traitée de raciste. Taslima poursuit : « Pourquoi avez-vous mis un Mahomet anti-intégristes en avant ? Juste pour vous défendre pour affirmer que vous n’êtes pas racistes ? Je crois que ces fondamentalistes musulmans n’ont fait que suivre ce que disait Mahomet. Si Mahomet vivait, il serait très content d’eux et il leur demanderait de tuer encore plus, de conquérir le monde. Je ne pense pas qu’il les renierait en se disant que ce sont des imbéciles » » Elle enfonce ensuite le clou : « Mahomet n’était pas quelqu’un de bon ». On réalise alors tous les tourne- autour et faux fuyants de nos intellectuels de gauche face à une prise de position courageuse militante et véritablement anti-intégriste sur l’islam, le Coran le prophète.
Contrairement à Caroline, pour qui tous les intégrismes se vaudraient, Taslima est claire : « S’ il y a les fondamentalistes, chrétiens, hindous, juifs,…. ce sont des phénomènes localisés. Les fanatiques se revendiquant de l’islam sévissent dans le monde entier. Ils sévissent quand les musulmans sont majoritaires et quand ils sont minoritaires ».
Interdire le voile intégral, beau duel là encore. Etre de gauche comme excuse pour être contre une loi, voilà comment Caroline argumente : « Un des problèmes est que cette loi a été voulue par des députés très à droite, qui ne la présentent pas de façon la plus fine qui soit » ( rappelons-nous, la gauche a déjà dit ça en 1989) . On réalise à quel point, pour raison de politique bassement politicienne l’argumentation est vide de sens et Taslima ne s’y trompe pas , elle répond : « Je ne crois pas que ce soit une très bonne excuse ». Caroline : « Je ne suis pas en désaccord parce qu’ils sont de droite ( hum, hum !), mais parce qu’ils n’utilisent pas les bons arguments (re-belote) Taslima : « Peu importe l’argument. Si la droite a raison, pourquoi ne pas être d’accord ?….. Quand la gauche ne fait rien, si c’est la droite qui agit, je prendrai la bonne partie de la droite ». Merveilleuse Taslima si forte et intelligente, de quelle manière brillante elle montre le chemin aux gens de gauche si aveugles et si défaillants. Comme Djemila Benhabib, elle nous fait comprendre à quel point notre lutte contre l’intégrisme qui grandit en France n’est pas à la hauteur de l’enjeu.
Alors Caroline aura-t-elle entendu la parole de Taslima ? Aura-t-elle compris le danger qui nous guette ? Comprendra-t-elle vraiment qu’il s’agit d’un vrai combat et qu’il doit être plus engagé ? Le sien nous paraît tiède, il semble paraître tiède aussi aux yeux d’Ariane Mnouchkine qui, dans l’émission de France culture du 19 mars, a une prise de position exceptionnelle. Parlant des femmes, elle se dit choquée par tous les voiles, par l’abandon de toute la gauche sur le sujet. Elle condamne ceux qui vont même jusqu’à trouver cela bien et acceptable. Elle parle de l’absence de la gauche dans le combat à entreprendre en France, contre et ce qu’elle nomme le fascisme vert. Pour elle, si la gauche continue ainsi elle prépare la montée en force du front national. Nous la recevons 5/5, en est-il de même pour Caroline ?
Chantal Crabère
http://www.ripostelaique.com/Merveilleuse-Taslima-Nasreen.html


Revenir en haut
eowyn
Équipe de modération
Équipe de modération

Hors ligne

Inscrit le: 20 Fév 2010
Messages: 31
Religion: catholique
Localisation: france
Sexe: Féminin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Dim 25 Avr - 10:47 (2010)    Sujet du message: entretien avec Taslima Nasreen Répondre en citant





Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Dim 25 Avr - 15:31 (2010)    Sujet du message: entretien avec Taslima Nasreen Répondre en citant

Effectivemernt Fourest s'illusionne sur un islam modéré
Taslima Nasreen connait mieux le problème
Islam modéré est un oxymoron.
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Lun 20 Juin - 18:42 (2016)    Sujet du message: entretien avec Taslima Nasreen Répondre en citant

Nous femmes, sur nos terres d’islam



La féministe franco-égyptienne Sérénade Chafik dépeint en quelques touches crues le sort des femmes sur les terres où elle est née.



Nous ne sommes pas des femmes mais des « sabaya » (esclaves butins de guerre), des marchandises vouées au service des désirs des hommes.

Ils nous considèrent comme des marchandises, ils négocient notre prix pour nous passer d’un propriétaire à un autre, de la propriété de nos pères à ceux qu’ils disent être nos maris.
Sinon que signifieraient la dot et les présents que doivent offrir les futurs prétendants à nos pères ?
Des présents et des sommes qui figurent dans des contrats de mariages qui ne sont que des contrats de vente.

Ils nous collectionnent comme s’ils collectionnaient des timbres ou des œuvres d’art.

Ils nous achètent comme s’ils achetaient des voitures ou tout autre objet.

À leurs yeux, nous ne sommes pas des êtres humains mais des choses à acquérir. Plus ils en acquièrent plus ils estiment faire la preuve de leur richesse.

Nous sommes des « Aourat » (des hontes impudiques) qu’il convient de cacher, derrières nos voiles ; ils nous ordonnent de baisser nos yeux, car ne sommes-nous pas des fetna (tentatrices de l’illicite), n’avons-nous pas fait alliance avec Satan ?

Et ils prétendent que ces conditions dégradantes pour notre dignité, c’est ce que Allah a voulu.

Et ils prétendent que nous collectionner n’est que lui obéir.
C’est la loi de Dieu.

Ils nous condamnent en nous jugeant selon une religion qui n’a pas daigné nous donner des droits.

Une religion qui nous a considérées comme des moitiés.

N’est-il pas vrai qu’il faille deux d’entre nous comme témoins pour que notre parole vaille celle d’un seul homme ?

N’avons-nous pas le droit qu’à la moitié d’un héritage ?

Et comment calculent-ils notre héritage quand nous n’avons mis au monde que des femelles, des moitiés à notre image ?

Ils accourent vers les cheiks pour légitimer les coups qu’ils nous portent.

Ils disent défendre leur honneur quand ils nous tuent, eux qui ont placé l’honneur des nations entre nos cuisses.

Et dans un pays comme l’Égypte, quand ils nous amputent de notre organe sexuel, n’appellent-ils pas cet acte de torture purification, ne sommes-nous pas des « negssa » (impurs) qu’il convient de purifier ?

Ils nous demandent de les craindre et d’être obéissantes, à la maison ils s’appellent « rab » (Dieu) de la famille, nous devons alors nous agenouiller.

En même temps, ils nous demandent d’être les princesses de leurs fantasmes, consentantes dans leur lit, soumises à leurs désirs.

Ils remplissent nos utérus d’une progéniture sur laquelle nous n’avons pas l’autorité, ils nous ont rendues sans issue face à notre sort amer.

Ils prétendent que le paradis est aux pieds des mères, mais, à leurs yeux, nous ne sommes que des vagins sans esprit.

Ils considèrent que nos corps sont des champs qu’ils labourent comme bon leur semble.
Ils nous ordonnent de les satisfaire et estiment que nous n’avons aucun désir.

Ils nous spolient de nos droits les plus élémentaires, et quand nous nous rebellons, ils nous accusent d’apostasie, de mécréance pour avoir enfreint les lois d’Allah.

Ils nous ont soumises à leurs lois de statut personnel, à leur code de la famille, qui ne sont que le miroir de leur déviance.

Leur blasphème envers nous, leur mépris envers la moitié de l’humanité a fait couler les nations ; ils nous ont jetées en des ères obscures.

Et le tout sans enfreindre la Charia (loi) d’Allah.
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:30 (2017)    Sujet du message: entretien avec Taslima Nasreen

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Religions Index du Forum -> Islam -> Discussions sur l'islam Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky