Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
l'affaire du niqab

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Religions Index du Forum -> Parlons de tout -> Politique/Actualité/Monde/Evénement
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hina
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2009
Messages: 435
Religion: catholique
Localisation: france
Sexe: Féminin
Point(s): 110
Moyenne de points: 0,25

MessagePosté le: Lun 26 Avr - 16:04 (2010)    Sujet du message: l'affaire du niqab Répondre en citant

La polémique enfle depuis la demande du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux à son collègue de l'immigration Eric Besson de déchoir de sa nationalité française le mari d'une femme verbalisée parce qu'elle circulait en voiture alors qu'elle portait un niqab. La droite se félicite de la tournure du débat, alors que la gauche, elle, parle d'"instrumentalisation" et de "récupération politicienne". Retour sur les faits.
Vendredi 2 avril 
Alors qu'elle circule dans les rues de Nantes au volant de sa voiture, Anne (prénom d'emprunt), qui porte un niqab ne laissant voir que ses yeux, est arrêtée par la police dans le cadre d'un contrôle routier. Elle écope d'une amende de 22 euros pour "circulation dans des conditions non aisées" (article 412-6 du Code la route).


Jeudi 22 avril 
La femme dénonce les faits à la presse. On apprend qu'elle est de nationalité française, qu'elle est âgée de 31 ans et qu'elle porte le niqab depuis neuf ans.
Une source policière indique à l'Agence France presse (AFP) que le mari de la jeune femme est "un islamiste connu" à Nantes.
De son côté, l'avocat de la jeune femme, Me Michel Pollono confirme avoir adressé une lettre de contestation au ministère public. "Cette amende est injustifiée en termes de sécurité routière et constitue une atteinte aux droits de l'homme... et de la femme", a déclare-t-il


Vendredi 23 avril
Anne tient un bref point presse devant la boucherie halal El Kaouthar, à Rezé-les-Nantes, dans la banlieue nantaise, durant laquelle elle indique les conditions dans lesquelles son interpellation a eu lieu.
"Deux agents à moto m'ont fait signe de m'arrêter", explique-t-elle. Elle leur a tendu alors ses papiers et ceux de la voiture et a dévoilé son visage pour que son identité soit vérifiée. "Et là, le policier m'annonce qu'il va me verbaliser à cause de ma tenue vestimentaire. Je lui dis alors qu'il n'en a pas le droit, que c'est de la discrimination pure et simple", a-t-elle poursuivi.
"Je ne sais pas comment cela se passe dans votre pays, mais chez nous on ne conduit pas comme ça", lui a déclaré un policier, selon le récit de la jeune femme. "Je lui ai dit : 'chez vous, c'est aussi chez moi, parce que je suis Française", raconte Anne.
De son côté, Me Jean-Michel Pollono insiste sur le fait que la conductrice était "libre de ses gestes" et que "son champ de vision n'était nullement entravé", avant de préciser que sa cliente n'est "pas une femme soumise, mais une intellectuelle née en Loire-Atlantique et d'origine métropolitaine".
En aparté, Anne se montre soucieuse de ne pas entrer dans le débat sur le projet de loi d'interdiction du port du voile intégral décidé par le gouvernement.
A ses côtés, un homme supposé être son conjoint par les personnes sur place, mais qui a refusé de se déclarer comme tel. Alors qu'il était filmé par de nombreuses caméras de télévision, l'homme a indiqué souhaiter conserver l'anonymat, précisant son identité par les deux lettres "HL".
 
Hortefeux intrevient
Le ministre de l'intérieur Brice Hortefeux demande à son collègue de l'Immigration Eric Besson de se pencher sur la situation du conjoint d'Anne.
Selon le ministre de l'Intérieur, cet homme "né à Alger et ayant acquis la nationalité française par mariage en 1999", appartiendrait à la mouvance "radicale", selon Brice Hortefeux, du "Tabligh" et "vivrait en situation de polygamie, avec quatre femmes dont il aurait eu douze enfants".
Ces quatre femmes, a ajouté Brice Hortefeux dans une lettre à Eric Besson, "bénéficieraient de l'allocation de parent isolé [et] porteraient le voile intégral".
"Je vous serais très reconnaissant de bien vouloir faire étudier les conditions dans lesquelles, si ces faits étaient confirmés, l'intéressé pourrait être déchu de la nationalité française", demande Brice Hortefeux à Eric Besson.
 
Un SMS aux journalistes
Le conseiller en communication de Nicolas Sarkozy à l'Elysée Franck Louvrier publie sur son blog un billet intitulé "Un Policier à l'instinct prémonitoire", et se félicite de l'action de la police nantaise dans cette affaire.
Selon le Parisien, il alerte les journalistes par SMS afin de les inciter à aller lire son blog.
En plein débat sur la burqa, l'Elysée refuse que l'affaire ne passe inaperçue.
Samedi 24 avril
Interrogée sur France Info, la secrétaire nationale du Parti communiste français Marie-George Buffet exprime sa "colère" face à la demande de Brice Hortefeux, qu'elle qualifie "d'opération politicienne".
"Si la polygamie est avérée, une loi existe dans ce pays, il faut que la justice passe", s'est-elle exclamée. "Il faut s'occuper des femmes [...] Il faut qu'elles puissent être logées, qu'elles puissent avoir des revenus, leur trouver un travail. Il faut agir contre la polygamie qui est une souffrance pour les femmes et les enfants. Il faut agir de façon rapide. La loi existe", a-t-elle poursuivi.
 
L'affaire prend un tour polémique
"On va multiplier les incidents par rapport à ces femmes et on va voir se réjouir des gens qui vont pousser les feux de l'intégrisme et de la radicalité alors que la communauté musulmane veut une chose : pratiquer sa religion de façon normale en respectant la République".
"Ce qu'a dit Brice Hortefeux est frappé au coin du bon sens et rappelle qu'en France, il y a des droits et des devoirs", tranche de son côté le numéro un de l'UMP, Xavier Bertrand.
En plein débat sur l'efficacité d'un projet de loi d'interdiction générale du port du voile intégral, l'affaire prend un tour polémique.
Dimanche 25 avril
Le Journal du Dimanche dévoile l'identité de l'homme visé par le ministre de l'Immigration. Il s'agirait de Lies Hebbadj, un commerçant de la région de Nantes, gérant, selon ses proches cités par le journal, de la boucherie hallal El Kaouthar.
Il serait président de l'association culturelle "ACMR", qui compte dix membres, tous musulmans, selon le journal, qui indique que : "Lies Hebbadj aurait l’ambition d’édifier une 'cinquantaine de mosquées à Nantes'", citant le trésorier de l'association, Abdel Chauborou.
Le Journal du dimanche, qui cite encore "le voisinage", indique que "Lies Hebbadj" partagerait sa vie avec "trois femmes", et non "quatre", et que celles-ci, des Françaises converties à l'islam, vivraient dans trois maisons contiguës entourées d'une haute palissade, dans un quartier agréable de Nantes.
Devant la boucherie El Kaouthar, "HL" annonce qu'il s'adressera prochainement au ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, avant d'indiquer aux journalistes présents qu'il ne s'exprimera plus avant d'avoir parlé à son avocat.
 
"Stigmatisation systématique"
Au même moment, les mosquées de Nantes s'indignent d'une "stigmatisation systématique", dénonçant dans un communiqué "l'islamisation de l'événement", que le collectif juge "insignifiant" et relevant "de procédures judiciaires courantes".
"Les musulmans nantais […] s'inquiètent de cette stigmatisation systématique qui va à l'encontre des valeurs de la République et invitent les pouvoirs publics à prendre leurs responsabilités", écrit le collectif dans un communiqué, précisant que cette affaire est "non représentative de leur immense majorité, et ne répond aucunement aux préoccupations réelles de nos concitoyens".
Revenant sur les suspicions de fraude aux prestations sociales émise par Brice Hortefeux, le procureur de la République à Nantes, Xavier Ronsin, indique n'avoir été saisi " d'aucune plainte" de la part d'un organisme social. Il a précisé qu'il n'avait pas "d'enquête achevée sur son bureau", cependant, "s'il y a une suspicion de fraude, il est légitime qu'il y ait une enquête" a-t-il ajouté.
Concernant la polygamie, le procureur de la République explique qu'il faut être "extrêmement prudent", et examiner "tous les liens" pour la vérifier. "Si un homme est marié civilement mais a cinq maîtresses, l'adultère n'est plus puni par la loi", a-t-il rappelé.
Dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France, le ministre de l'Immigration, Eric Besson, a jugé "insupportables", s'ils étaient avérés, les faits reprochés à "H.L." "Si une condamnation intervient, des sanctions pénales seront prononcées et j'étudierai alors avec la Garde des sceaux [[b]Michèle Alliot-Marie[/b], ndlr] l'éventuelle déchéance de nationalité de cette personne", explique le ministre de l'Immigration.
Le ministre de l'immigration prévient les étrangers demandant la nationalité française à "se préparer à l'idée qu'ils devront plus que jamais respecter l'équilibre des droits et devoirs de la République".
 
La gauche s'indigne
Julien Dray accuse le gouvernement "de construire un scénario de dramatisation et d'emballement médiatique pour préparer les termes du débat de la présidentielle" de 2012. "Nous sommes dans une véritable intoxication" estime-t-il lors du "Forum" Radio J, tandis que François Hollande renchérit parle, lui, d'"instrumentalisation."
"Que la droite joue avec ça, n'est pas une bonne méthode", ajoute Manuel Valls (PS), favorable à une loi d'interdiction du voile intégral.
"La situation de cet homme est connue depuis un bon moment par les services de l'Etat, la Caisse d'allocation familiales. Pourquoi rien n'a été fait ? Pourquoi feint-on aujourd'hui de découvrir cette situation?", s'est interrogé Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes et chef de file des députés PS, qui regrette l'inaction des services de l'Etat.
 
Jean-Marie Le Pen soutient Brice Hortefeux
Soutenant Brice Hortefeux, Jean-Marie Le Pen (extrême-droite, FN) estime que "le plus important" n'est pas que les conjointes "portent le voile intégral", mais "qu'elles bénéficient de l'allocation de parent isolé".
A son tour, le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre, salue "la démarche du ministre de l'Intérieur" qui "exprime la nécessaire fermeté dont notre société doit faire preuve à l'encontre de ceux qui méprisent nos règles, détournent nos procédures et profitent de manière inqualifiable de l'hospitalité française".
 
"Trahison des valeurs de la France"
L'islamologue Tariq Ramadan s'exprime, lors d'une conférence à Nantes, et estime que le ministre de l'Intérieur "trahit les valeurs de la France".
S'il reconnaît l'illégalité de la polygamie, il s'insurge contre les propos de Brice Hortefeux, "depuis quand un ministre vient dire on va lui retirer sa nationalité ?" "Avec des politiques de cette nature, ce sont les valeurs de la France qu'on trahit."
Lundi 26 avril
Le Figaro dresse le portrait de Lies Hebbadj. Selon le journal, il serait âgé de 34 ans, habiterait en France depuis sa plus jeune enfance, et à Nantes depuis une dizaine d'années.
Le ministre de l'Immigration Eric Besson admet au micro de RTL, que le fondement juridique d'une déchéance de la nationalité du conjoint de la femme verbalisée en niqab n'était pas évident. Le ministre évoque la possibilité d'une "adaptation législative" sur ce sujet.
"La question qui m'est posée est de savoir, si la justice le condamne pour polygamie, d'une part, et fraude aux prestations sociales d'autre part, est-ce que l'on peut et est-ce que l'on doit prononcer la déchéance de la nationalité française, c'est-à-dire lui retirer la nationalité française qu'il a acquise par mariage ? Aujourd'hui, est-ce possible sur la base de l'article 25 du code civil, c'est très controversé, j'ai rencontré hier des experts, certains m'ont dit oui, certains m'ont dit non", déclare le ministre de l'Immigration.
Lors d'une conférence de presse, "H.L." se défend vis à vis de ceux qui l'accusent de polygamie, en affirmant que "les maîtresses ne sont pas interdites en France". "A ce que je sache, les maîtresses ne sont pas interdites en France, ni par l'islam. Peut-être par le christianisme, mais pas en France", déclare le commerçant.


http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20100426.OBS3051/chronol…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 26 Avr - 16:04 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Lun 3 Mai - 11:22 (2010)    Sujet du message: l'affaire du niqab Répondre en citant

Une Française de souche qui se convertit à l'islam et qui accepte la polygamie Shocked
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
hina
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2009
Messages: 435
Religion: catholique
Localisation: france
Sexe: Féminin
Point(s): 110
Moyenne de points: 0,25

MessagePosté le: Lun 3 Mai - 12:38 (2010)    Sujet du message: l'affaire du niqab Répondre en citant

yacoub a écrit:
Une Française de souche qui se convertit à l'islam et qui accepte la polygamie Shocked
Bof, cela ne serait pas la première fois. Il y a des personnes maso.

Revenir en haut
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Dim 9 Mai - 16:23 (2010)    Sujet du message: l'affaire du niqab Répondre en citant

l'islam c'est le sadisme par excellence.
Il suffit de lire le coran
Et presque tous les califes adoraient faire souffir des êtres humains
Par exemple le calife Al Hakim à l'origine de  de la première croisade
qui était tellement cruel qu'on le qualifie de Caligula
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Sam 20 Fév - 13:13 (2016)    Sujet du message: l'affaire du niqab Répondre en citant

La nounou voilée se tapait le père du gamin ! Publié le 19 février 2016 - par Gérard Brazon - 27 commentaires



Partager

Il n’y a rien de plus surprenant et intéressant que de visiter un tribunal et assister à des séances de jugements. L’accès est libre et vous pouvez écouter, voir, rencontrer et vous informer de la vraie justice qui est donnée en France.


Cette après-midi, j’ai voulu changer et aller au tribunal des Prudhommes de Nanterre. C’est assez particulier et composé de conseiller élus par les salariés. La justice y est rendue par quatre personnes qui ne sont pas des magistrats, mais qui, par expérience, connaissent bien le monde du travail, ses difficultés, ses conflits, ses conséquences et le fameux code du travail. Deux salariés et deux patrons! Sans vous surprendre, en tant qu’ancien syndicaliste, je préparais parfois les dossiers pour les prudhommes pour mon syndicat. Je peux vous dire que je reconnaîs très rapidement le conseiller issu de syndicats gauchistes (CGT, SUD, FO, CFDT) par les habits revêtus, l’allure générale, la gestuelle, les mimiques et le vocabulaire. Tous ne sont pas des caricatures de camarades-travailleurs, mais beaucoup trop s’en rapprochent ! Bouffer du patron est la norme, même s’il a raison et que l’employé est en faute. C’est bien dommage pour l’équilibre nécessaire dans un rendu de justice.
Je rentre dans la salle et j’ai un plaisir gourmand en voyant deux voilées de la tête aux pieds, hormis les visages. C’est une certitude, ces deux femmes ont été l’objet de persécutions, sont victimes d’islamophobie, d’insultes et que sais-je de plus terrifiant encore, commis bien sûr, par d’horribles franchouillards, des salauds de patrons qui ont refusé qu’elles portent leurs beaux habits de femmes soumises. Ce fut pire encore.
Vint le tour d’une des voilées, une petite femme boudinée dans son voile qui vint au premier rang à la demande de son avocate. Une avocate toute jeune, toute pimpante, maquillée, et montée sur talons aiguilles. Elle présenta sa cliente en victime, une nounou exploitée, en charge d’un gamin, auquel elle devait prodiguer soins et attentions. Sa cliente fut licenciée sans préavis, et n’avait pas été payée par les parents employeurs. Elle se lança ensuite dans une série de demandes pécuniaires basées sur le préjudice moral, le défaut de visite médicale du travail, pour licenciement abusif, fit une réclamation sur le fait qu’elle n’avait pas été entièrement payée, etc. Rien sur le voile, rien sur sa religion. Je commence à douter… Me serais-je planté? La voilée qui l’accompagnait ne disait pas un mot. J’ai compris plus tard qu’elle était là en soutien.
Vint l’avocate des employeurs. Très calme, incisive mais démontant en quelques phrases les véritables raisons du conflit. Mesdames et Messieurs les conseillers, vous avez à faire à un conflit d’ordre personnel.
Vint la raison essentielle ! La nounou se tapait le mari et cela durait depuis 4 ans. L’homme indélicat culbutait la nounou de son fils dans la maison familiale. Dès que la mère tournait le dos pour aller travailler, la nounou tournait le sien pour un autre labeur plus plaisant sans doute. L’histoire ne dit pas si c’était avec voile ou sans, si elle prenait la peine de retirer son voile immonde, pour découvrir « ses charmes » à son amant.
Que faisait l’enfant pendant le temps de la culbute ? Nul ne le sait. Un vrai vaudeville. La femme ayant fini par s’en apercevoir, lui signifia immédiatement son congé. D’autant plus que la nounou lui avoua que cela durait depuis quatre années dans le lit conjugal. Le mari prit la porte, la queue entre les jambes. La nounou remit son voile. Fin de l’histoire… en principe.
Et bien non ! Comme on dit, on reconnait les cons au fait qu’ils osent tout. Porter le voile n’interdit pas l’indécence, l’impudeur et la connerie.
Je vous le dis, chers amis lecteurs, on peut donc être une voilée jusqu’au menton, et être une salope qui s’envoie en l’air avec le mari d’une mère de famille dès qu’elle est partie au boulot.
Certes, c’est, sommes toute, une histoire de cocufiage banale. Ce n’est pas la première fois qu’un homme trompe sa femme et qu’une femme s’envoie en l’air, de cinq à sept, avec son collègue ou son directeur. Il n’y a rien à dire, pas de jugement et chacun fait ce qu’il veut. Que celui qui n’a jamais pêché, jette la première pierre!
Cette affaire met en scène une femme voilée, un « exemple » de la vertu, le summum de la pudeur, la blancheur islamique, et la pureté de la musulmane, celle qui obéit à son mari, ne peut espérer trouver le bonheur que sous le pied de son mari, l’obéissante femelle, le vagin sur patte, le champ de labour (s2v223)  acceptant d’être frappée (s4v34), etc.
Cette femme qui aurait dû se faire discrète, ravaler son orgueil, ose finalement déposer un recours devant les prudhommes. Les avocats présents, les badauds, femmes et hommes, les curieux, tous se regardaient en coin ! Tous souriaient ! L’esprit français. Je n’ai pas pu m’empêcher de dire qu’à défaut de visite médicale, elle avait eu au moins droit aux visites intimes du mari. Qu’elle n’avait pas eu trop de difficultés pour s’allonger, déglutir, voire se mettre à genoux. Sans doute que son employeur au vu de son état de santé, de ses prouesses physiques, de ses qualités diverses, n’avait pas jugé bon d’aller plus en profondeur, tout au moins, en termes de visite médicale. L’un des conseillers, en souriant, me demanda un peu de silence.
Pour conclure, et c’est finalement rassurant ! Ces voilées ne sont pas si pures que ça, ne sont pas si blanches, ne sont pas si prudes. Elles aiment le sexe, ne crachent pas dessus, sauf si c’est nécessaire. Elles bouffent même du koufar à poil, s’envoient du chrétien jusqu’à la touffe, suçotent le prépuce de la bête-bête qui monte, adorent les galipettes interdites! Ah les bougresses, la pompenette en chaleur ! Cela prouve que l’on peut être voilée, moche et conne et s’envoyer en l’air quand même. Et moi qui pensais qu’elle ne se faisait prendre qu’en invoquant Allah !
La seule question qui reste pour moi un mystère, c’est comment le mari a-t-il pu s’envoyer cette horreur ambulante et voilée et oser la mettre dans le lit conjugal ? Talents cachés sous les voiles ?
Le délibéré et les réponses n’auront lieu qu’en mai. Je serai présent si ce n’est pour savoir si elle osera revenir au tribunal et affronter le public.
Gérard Brazon (Le Blog)
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Mer 6 Avr - 10:33 (2016)    Sujet du message: l'affaire du niqab Répondre en citant

Le voile, pas plus aliénant que la minijupe, par Esther Benbassa

Le voile, pas plus aliénant que la minijupe, par Esther Benbassa
Le voile, pas plus aliénant que la minijupe, par Esther Benbassa
Par Esther Benbassa, Sénatrice EE-LV du Val-de-Marne, directrice d’études à l’EPHE (Sorbonne) — 5 avril 2016 à 17:21 (mis à jour le 6 avril 2016 à 10:47)





En activant une polémique sur la «mode islamique», la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, oublie que le droit de disposer librement de son corps s’applique à toutes les femmes. Quelle que soit leur confession.

  • Le voile, pas plus aliénant que la minijupe, par Esther Benbassa





Notre ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes vient donc d’ouvrir une nouvelle polémique sur le voile, prenant cette fois appui sur le lancement en France, par plusieurs grandes marques, de la mode dite «pudique» (modest fashion). En la rebaptisant, à tort, «mode islamique», Laurence Rossignol lui a donné une dimension politique dont nous n’avions nul besoin quand des attaques d’une innommable barbarie ont plongé les Français et les Belges dans le deuil, et quand la haine du musulman, réduit au terrorisme, se saisit de tout prétexte pour se développer. Fallait-il embarquer les femmes musulmanes dans cette dérive ? Laurence Rossignol est-elle «islamophobe» ? Sûrement pas. Ignorante du sujet qu’elle aborde, en revanche, certainement. Ni plus ni moins que tant de politiciens qui préfèrent faire étalage de leurs préjugés et de leurs savoirs périmés plutôt que de se donner la peine de lire quelques articles de chercheurs connaissant assez le terrain pour l’analyser avec rigueur. Quant à ce féminisme de grand-mère inlassablement ressassé, il semble peu en phase avec la vision que les femmes ont aujourd’hui de leur identité.
Lire aussi : Se mettre du côté de celles qui n’ont pas le choix
Que sait Mme Rossignol de l’islam hexagonal et de sa diversité ? Que sait-elle des femmes musulmanes de la France d’aujourd’hui ? A tenir publiquement des propos de café du commerce, elle ne réussira, au mieux, qu’à renforcer le rejet de la France dans certains milieux musulmans qui n’en peuvent plus d’être toujours mis en position d’accusés. Au lieu de nous délivrer ses leçons de laïcité, madame la ministre pourrait déjà apprendre, par exemple, que tous les musulmans et musulmanes de France ne sont pas des islamistes. Et reconnaître que toutes les femmes qui portent les jupes courtes et les vêtements sexy imposés par la mode (souvent créée par des hommes) ne sont pas non plus spécialement «émancipées».
Nous sommes, nous, femmes, soumises à un diktat, entré profondément dans notre imaginaire, et auquel nous obéissons, le plus souvent inconsciemment, pour plaire aux hommes. Le modèle de séduction imposé reste quasi inaccessible à la majorité d’entre nous. Un modèle d’extrême minceur, plutôt blond, grand, «glamour», contribuant à un «enfermement du corps des femmes» qui n’a rien à envier à celui que Mme Rossignol dénonce quand elle évoque certaines musulmanes. Ne sont-elles pas aliénées dans leur corps même, celles qui sacrifient leur santé par des régimes dangereux, se résolvent à des opérations chirurgicales douloureuses, se condamnent à l’anorexie, et vivent dans la frustration ? Mesurer le niveau d’émancipation des femmes au degré de raccourcissement de leurs jupes, il fallait y penser ! La nudité du corps des femmes comme outil de leur libération ?
Si des marques créent des collections «pudiques» pour des femmes qui, par revendication identitaire ou conviction religieuse, y trouveront leur compte, où est le mal ? Elles risquent même de tenter quelques juives orthodoxes, au moins aussi soucieuses de «pudeur» que leurs homologues musulmanes. La loi de 1905 n’interdit à personne de se conformer aux codes vestimentaires que sa confession ou sa fantaisie lui recommandent. Rien en tout cela n’est contraire à notre législation.
Nul ne niera, dans certains cas de port du voile, la réalité du contrôle social, voire de la contrainte. Mais de là à faire un parallèle entre celles qui, par choix personnel, décident se s’habiller ainsi à ces «nègres américains qui étaient pour l’esclavage», il y a un pas que la ministre n’eût jamais dû franchir. Que sait-elle donc de l’esclavage et de son histoire ? Comment a-t-elle pu justifier l’emploi du mot - intolérable - de «nègre» par l’usage qu’en fit Montesquieu il y a plus de deux siècles ? Sait-elle seulement qu’on ne voit plus aujourd’hui en Montesquieu un penseur anti-esclavagiste, mais un auteur beaucoup plus ambivalent, comme le furent d’ailleurs, globalement les Lumières ?
Nombre des jeunes femmes voilées que nous croisons ressemblent à toutes les jeunes femmes de leur génération, la pratique religieuse en plus. Les marques qui tentent de séduire ce marché n’ont qu’un but : faire de l’argent. Et quand Elisabeth Badinter, dans son interview du 2 avril, venant au secours de la ministre, exige leur boycott, elle ne leur offre rien de plus qu’un sacré coup de pub. Les musulmanes pratiquantes n’auraient donc pas le droit de disposer librement de leur corps ? Et les juives pratiquantes, pourquoi n’en dit-on pas un mot ? Voilà un «féminisme» bien sélectif. Mme Badinter déclarait il y a peu qu’«il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe». Qui, aujourd’hui, oserait déclarer qu’«il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’antisémite» ?
Ces polémiques indignes ne font le lit que de la haine. Concentrons-nous sur l’essentiel. Quant à nos ministres et intellectuels germanopratins, une petite promenade hors de leurs ghettos les aiderait sûrement à révoquer en doute quelques-unes de leurs certitudes.
A lire aussi : Se mettre du côté de celles qui n'ont pas le choix
Esther Benbassa Sénatrice EE-LV du Val-de-Marne, directrice d’études à l’EPHE (Sorbonne)
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Mer 6 Avr - 11:49 (2016)    Sujet du message: l'affaire du niqab Répondre en citant

Les filles voilées souffrent de « troubles psychogènes »!



« Il faut sauver les petites filles » a lancé le Dr Aslem Lazaar Selimi : » Je suis psy à l’hôpital de Nabeul (Tunisie), et tous les jours, des médecins m’adressent des petites filles voilées, pour « troubles psychogènes » (1) !!! facile pour moi d’identifier l’origine de ces troubles, pas besoin d’être psy pour comprendre qu’un voile, ça voile!! ça étouffe , ça fait poser des questions…. je me trouve alors confrontée à une famille hermétique,un système éducatif imperméable que rien de ce que je dis ne peut pénétrer, et pire encore, quand je discute avec les médecins » pédiatres » ils répondent « c’est leur choix,on doit respecter » et le plus intelligent va me dire « bien sur j’ai posé la question à la fillette et elle m’a dit que personne ne l’a obligée »….
Mais alors qu’elle connerie??? !!!!!!! Respecter le choix de l’enfant!!! si elle veut plus aller à l’école on doit respecter aussi?….et moi pauvre psy que je suis je ne peux que condamner ce regard vicieux de l’adulte qui sexualise un enfant, son propre enfant, et sans même avoir les mots pour lui expliquer ça…..et ces pédiatres qui ont fait des études et sont sensés éduquer et sensibiliser…et cette société que je ne reconnais plus…..je devrais faire un stage en Afghanistan, pour apprendre à gérer tout ce bordel autour de moi, mais aussi dans ma tête!!!


 
Je crie…je pleure…j’étouffe… .Nous constatons que le parents de ces enfants et la société ainsi que le pouvoir public portent tous la responsabilité et sont coupables de ces crimes contre les enfants, ceci est aussi du terrorisme qui ne diminue en rien du terrorisme classique voir pire même car il s’attaque à l’enfance à leurs esprits à leurs corps à leurs âmes. Les autorités seraient-elles incapable de prendre des mesures fermes et énergiques contre les groupes terroristes qui corrompent les jeunes et les enfants et abîment leur conscience? Ou est le droit dans ce monde? Des enfants sont pris en otages par des sectes qui les endoctrinent avec la complicité des parents , de la la société et le silence des autorités
fillette avec voile
« Visez les enfants parcequ’ils sont vulnérables et à l’âge venu, ce sont eux qui prendront la relève pour endoctriner à leur tour leurs propres enfants et à transmettre intact ces abominations et cet obscurantisme à la génération suivante. »

Rachid Ben Othman


*psychogène (ou mécanisme psychogène ) : ce qui relève d’un mécanisme causal purement psychique (des causes psychiques ayant des conséquences psychosomatiques, c’est à dire qu’un trouble psychique pouvant se répercuter sur la santé physique).
_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Mer 20 Avr - 14:45 (2016)    Sujet du message: l'affaire du niqab Répondre en citant

Citation:
Arlitto
Citation:

« Tout homme qui prie ou prophétise la tête couverte fait affront à son chef.
Mais toute femme qui prie ou prophétise tête nue fait affront à son chef ; car c’est exactement comme si elle était rasée.
Si la femme ne porte pas de voile, qu’elle se fasse tondre ! Or, s’il est honteux pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou d’être
rasée, qu’elle se voile.
L’homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme.
En effet, l’homme n’a pas été tiré de la femme, mais la femme a
été tirée de l’homme (…).
C’est pourquoi la femme doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend. »



Les musulmans n'ont rien inventé sur le voile  




  
Avant PBSL, la femme arabe était libre et ne portait pas le voile, c'est Khadija, 40 ans, une nestorienne,  qui a demandé la main de PBSL, 25 ans, et elle n'était pas voilée.


Khadija, bien qu’issue d’une riche famille, était tout de même une riche commerçante indépendante, dirigeante d’une grande entreprise d’import-export de caravanes, où elle  employait de nombreux hommes, dont PBSL, lui-même.



Elle était riche et grâce à ce mariage, PBSL a pu se consacrer à l'étude des judaïsme et du christianisme, un jour, il lui a fait croire que l'ange Gabriel lui a parlé.







Elle l'a cru car Khadija est amoureuse de PBSL et au lieu de le traiter d' Ismaël, elle l’emmène chez son cousin, Ibn Warraqa, qui confirme que PBSL est le prophète attendu, annoncé par la torah et l'évangile.



Mais les conversions à la nouvelle secte se font rares.



C'est avec la mort de Khadija, en  619, de son protecteur Abou Talib, même année, et de son émigration, 622, à Yathrib que l'islam va démarrer son essor.



PBSL, devenu le roi de Yathrib devenu Médine, se montre pire que Hitler et Staline réunis. Il ne souffre aucune opposition et torture, tue, décapite tous ceux qui contestent son autorité. Il viole des femmes juives comme Rayhanna ou Safiya de Khaybar dont il a torturé le mari avec des flammes.  



Actuellement, l'islam a fait 500 millions de morts depuis 622 et il n'a pas l'intention de s'arrêter.
====================================================================
statut élevé et liberté sexuelle de la femme arabe avant l’islam
L’explorateur finlandais Cawallin beaucoup voyagé en Égypte et en Arabie au 19e siècle. Il raconte comment les femmes bédouines dans la ville de Dofi, nord de l’Arabie « traitent leurs hommes, assises dévoilées chez les hommes, faisant des chicaneries et fumant leurs pipes courtes. » Avant l’époque du Prophète Mohammed, les femmes pouvaient choisir librement leur mari, même avoir eu plusieurs maris, si elles le souhaitaient. Le Yémen a eu plusieurs femmes dirigeantes, dont la plus célèbre est Belqis, Reine de Sabah. Deux reines régnantes importantes ont régné pendant l’époque islamique, Malika Asma et sa fille-in-law Malika Urwa.
L’épouse du prophète, une femme libre et indépendante
Le Coran explique que le statut de la femme arabe pré-islamique était inférieur, et raconte que les arabes païens enterraient vivantes les petites filles non désirées. Si cette pratique a pu être vraie chez leurs voisins perses et suméro-assyro-babyloniens, le statut social élevé de la première épouse du prophète semble contredire cette version. En effet, Khadija, bien qu’issue d’une riche famille, était tout de même une riche commerçante indépendante, dirigeante d’une grande entreprise d’import-export de caravanes, où elle employait de nombreux hommes, dont Mahomet lui-même.
L’origine du voile  islamique
Le statut de la femme arabe n’a pas toujours été celui de la saoudienne contemporaine toute de noir voilée. Remarquons au passage que le voile intégral n’est pas d’origine arabe, mais perse, date de bien avant l’islam et était largement répandu dans l’antiquité patriarcale, chez les grecs et les assyriens, et aujourd’hui encore en Inde. C’est probablement lorsque les musulmans conquirent la Perse qu’ils adoptèrent cette coutume typiquement patriarcale.
La femme arabe païenne, reine, cheffe, guerrière, prêtresse…
Quand à la femme arabe antique, libre et indépendante, on se souvient des reines arabes, décrites dans les chroniques assyriennes, de la reine de Saba, de la reine Zénobie, parfois même de véritables cheffes de tribus, ou simplement de femmes au fort tempérament. Mais on les retrouve aussi au combat, comme arbitre dans des concours de poésie (Oum Jundah, femme du célèbre Imrul Qays), comme devineresse, prêtresse, poétesse (Tumadir al Khansa, la plus célèbre), prophétesse (la prophétesse Sajah) ou femme politique gérant les affaires de la cité (Hubba bint Hulail & Atikah bint Murrah à la Mecque).
Le statut de la femme a ainsi beaucoup varié selon les régions et les époques, et les divers peuples, ethnies et tribus qui ont vécu en Arabie. Ainsi, chez les bédouins, si certaines tribus pratiquaient un pouvoir despotique du père sur sa famille, similaire au droit romain du Pater Familias, le Patria Potestas, conférant au père de famille le droit de vie ou de mort sur tous les membres de sa maisonnée; d’autres toléraient l’adultère, l’enfant illégitime portant alors le nom de sa mère; tandis que d’autres encore admettaient les femmes en armes sur le champ de batailles, comme celles qui s’opposèrent à l’islamisation de l’Arabie par Mahomet.
Zénobie, une reine qui résista à Rome
Septimia Bathzabbai
, plus connue sous la forme latinisée Zénobie, était l’épouse d’Odénat, roi d’origine nabatéenne, à qui elle succéda après son assassinat vers 267 sur le trône de Tadmor (en langue sémitique originelle), Palmyre en grec. Elle prend ainsi la tête de l’éphémère Empire de Palmyre et, défaite par l’empereur romain Aurélien, elle est exilée à Rome.
Mavia, une reine guerrière résistante puis alliée à Rome
Mavia, (en arabe: ماوية, Māwiyya; également transcrit Mawia, Mawai, ou Mawaiy, et parfois dénommé Mania) était une reine-guerrière, Arabe qui a régné sur une confédération d’arabes semi-nomades, dans le sud de la Syrie, dans le seconde moitié du quatrième siècle. Considérée comme « la femme la plus puissante dans le monde arabe antique après la fin de Zénobie », si elle était évidemment arabe, elle était d’abord païenne. En 378, elle dirige ses troupes dans une rébellion contre la domination romaine, chevauchant à la tête de son armée de la Phénicie à la Palestine. Elle réussira à défaire les armées de Rome par son intelligence tactique. Après avoir atteint les frontières de l’Égypte, et à plusieurs reprises vaincu l’armée romaine, les Romains font finalement une trêve avec ses conditions stipulées sur elle seule. Les Romains font appel plus tard à son aide lorsqu’ils sont attaqués par les Goths, à laquelle elle a répondu par l’envoi d’une armée de cavalier.
L’assassinat d’Oum Qirfa (janvier 628), femme cheffe de tribu
Sources : Ibn Ishaq, Ibn Sa’d, Tabari, Sira al-Halabiyya,  »Lecture systématique de l’Islam » par le Dr Al Najar Sahih al Bukhari.
Oum Qirfa (Fatima bint Rabia Ben Bader Al Fazarri) était cheffe de la tribu des Banu Fasarah. C’était une très vieille dame, un symbole de fierté, de statut social et de respect. Plus de 50 épées, reçues en cadeaux de chefs des tribus, pendaient dans sa maison. Elle avait 12 fils et une très belle fille (réf. Al Sira Nabawiya Al, Al Halabiya, Partie 3, page 180). Une armée musulmane attaqua les Banu Fasarah brusquement la nuit. Les kuffars (infidèles) essayèrent de toutes leurs forces de se défendre ainsi que leurs familles. Mais ils n’étaient pas prêts à affronter une attaque si soudaine et d’une telle force.
Les musulmans étaient contre l’idée qu’une femme puisse diriger une tribu. Mohammed a dit:  »une nation dirigée par une femme ne réussira jamais » (ref Sahih Bukhari Hadith vol 5 pg 136, vol Bukhari 4 pg 97; vol Nisai 8 pg 227; Sahih hadith Timidhi vol 5 pg 457).
Après avoir tué tous ceux qui avaient riposté, on ligota les jambes de la vieille femme à deux chameaux et on les fit courir dans deux directions différentes. Oum Qirfa, femme âgées et respectée, mourut en agonisant, son corps déchiré en deux. Ensuite, les djihadistes la découpèrent en morceaux, et la décapitèrent (Ref: lecture systématique de l’Islam, par le Dr Al Najar, p. 58). Sa tête fut exhibée dans les rues de Médine. Les femmes infidèles et leurs enfants furent désormais des marchandises qui pouvaient être vendus sur les marchés aux esclaves ou gardés comme butin. Ainsi, l’oncle de Mohammed s’appropria la jolie fille de Oum Qirfa.
Polyandrie pré-islamique
Avant l’islam, les arabes pratiquaient de nombreux types de mariages différents. Trois d’entre eux semblent être des intermédiaires entre le matriarcat sans père ni mari, et le patriarcat que l’on connaît (l’épouse n’ayant qu’un seul époux) :
Nikah dhawaq
Le terme dhawaq signifie dégustation. Cette coutume aurait été largement répandue parmi les arabes préislamiques. Ils n’aimaient pas être liés par des mariages permanents et préféraient le mariage dhawaq, ce terme provenant du nom d’une femme appelée Dhawaqah. Cette dernière se mariait avec les hommes les uns après les autres pour les déguster. La littérature rapporte de nombreux cas de femmes agissant de la sorte. L’une d’elle, appelée Um Kharijah, avait épousé une quarantaine d’hommes provenant de vingt tribus. Une locution arabe disait à cet égard: « Plus rapide que le mariage d’Um Kharijah » .
Nikah tarjih
Le nikah tarjih se faisait ainsi, jusqu’à dix mâles avaient des rapports avec une même femme, lorsque celle-ci tombait enceinte, elle choisissait comme père celui qu’elle désirait; l’homme ne devait pas refuser. Cela fut également prohibé en islam.
Nikah hidn
Le nikah hidn, consistait à ce qu’une femme disposait un drapeau devant sa porte et accueillait des hommes (sexuellement). Lorsqu’elle tombait enceinte et accouchait, tous les hommes qui ont eu un rapport avec elle se rassemblaient, et un kaif (à partir des formes des pieds des mâles et ceux du nourrisson) déterminait qui était le père. Ce mariage a également été prohibé par Mahomet.
L’amour libre pré-islamique
La “prostitution” chez les bédouins (Ammien Marcellin, Histoire XIV 4-6)
 »Leurs femmes sont des mercenaires engagées pour un temps par contrat mais, pour qu’il y ait une apparence de mariage la future femme offre à son mari, à titre de dot, une lance et une tente, prête à le quitter au jour fixé si elle choisit de partir. Incroyable est chez ces peuples l’ardeur avec laquelle les deux sexes s’abandonnent aux choses l’amour. Pendant toute leur existence, ils sont si nomades que dès qu’une femme se marie à un endroit, elle accouche à autre, et elle élève ses enfants loin de là, sans qu’il lui est permis de faire halte. »
Le mariage temporaire, une survivance matriarcale ?
Une autre réminiscence de l’ancien matriarcat (sans père ni mari) est le mariage temporaire (al mut’a). D’origine pré-islamique, et encore pratiquée chez certains musulmans chiites, c’est un mariage oral, privé, temporaire, sans communauté de biens et avec dot symbolique. Ce mariage temporaire pré-islamique, est donc à durée déterminée par les époux, pouvait être oral (sans document juridique écrit), privé (sans reconnaissance publique), et avec dot symbolique (sans contraintes financières)… donc un simulacre de mariage qui ressemble bien au mariage ambulant des Moso matriarcaux du Sichuan, encore observable aujourd’hui. Aussi, chez les arabes païens de cette époque, l’oncle semble avoir joué un rôle important :
L’importance de l’oncle chez les arabes païens
Les rondes de jeunes filles (ibn Kalbi, Livre des Idoles 36 b-c) :
Les Arabes avaient aussi des pierres dressées couleur de terre, autour desquelles ils faisaient des processions et auxquelles ils offraient des sacrifices. Les pierres s’appelaient des ansab et les rondes rituelles exécutées autour d’elles dawar. Amir ibn at Tufayl mentionne le dawar dans le vers suivant :  »… il était survenu un jour chez les Gani ibn Asur, pendant qu’ils accomplissaient les rondes rituelles autour d’une pierre dressée qui leur appartenait, et il avait admiré la beauté de leurs jeunes filles tandis qu’elles évoluaient autour de la pierre sacrée : Ah ! Si mes oncles les Gani pouvaient avoir à accomplir tous les soirs une ronde sacrée ! »
Lire Paganisme matriarcal : les 3 déesses-mères de l’Arabie pré-islamique, Al-Uzza, Allat et Manat La danse du ventre, un vestige du matriarcat ?
La danse orientale (le terme « danse du ventre » vient du « rite de fertilité » mais en réalité tout le corps travaille) ou baladi (terme utilisé chez les Canadiens français) est une danse originaire du Moyen-Orient et des pays arabes, dansée essentiellement par des femmes. En arabe, elle est appelée Raqs al sharqi (littéralement : danse orientale) et en turc Oryantal dansı, qui a donné le terme de « danse orientale ». Elle est reconnue comme l’une des plus anciennes danses du monde, surtout dans les pays du Moyen-Orient (Liban, Égypte, Turquie, Grèce, Syrie, Irak) et du Maghreb. Elle se développe particulièrement en Égypte au Xe siècle avec l’arrivée d’une population d’Inde. « Du temps des pharaons, les prêtresses sacrées faisaient tournoyer leur corps et ondulaient leur ventre afin que la déesse de l’amour et de la fécondité, vienne prendre possession d’elles ; ensuite la divinité qu’elles étaient devenues, s’offrait aux hommes. » – Suzanne de Soye

La danse du ventre, Jean-Léon Gérôme, XIXe siècle.
On pense que l’origine de cette danse remonte aux anciens rites de fertilité, associés à la fois à la religion et à l’ésotérisme. Très peu de sources valables d’informations sont accessibles sur le sujet, voilà pourquoi il existe autant de mythes autour de l’origine et de l’évolution de cette danse. La danse du ventre, souvent considérée comme une forme de divertissement pour hommes, serait en fait une forme de danse ancienne qui reflète le corps comme une création de la nature et le temple de l’âme. C’était à l’origine une danse exécutée par les femmes en l’honneur de Celle qui donne la Vie, la Grande Mère. Les mouvements des hanches étaient sensés assurer la naissance des générations futures et étaient exécutés afin de préparer à l’accouchement. La mère en travail s’accroupirait lentement jusqu’au sol, en roulant ses abdominaux. Les contractions de ces mouvements de danse renforcent les muscles abdominaux, et, par conséquent, facilitent le travail lors de la naissance de l’enfant.
_________________


Signature Yacoub


Dernière édition par yacoub le Mar 4 Oct - 13:40 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Mar 4 Oct - 13:39 (2016)    Sujet du message: l'affaire du niqab Répondre en citant

Cri d’alarme d’une psychologue : Les filles voilées souffrent de « troubles psychogènes »
Par:  Rachid Ben Othman Il faut sauver les petites filles a lancé le Dr Aslem Lazaar Selimi : Je suis psy à l’hôpital de Nabeul, et tous les jours,des médecins m’adressent des petites filles voilées, pour « troubles psychogènes » (1) !!!  facile pour moi d’identifier l’origine de ces troubles,pas besoin d’être psy pour comprendre qu’un voile, ça voile!! ça étouffe , ça fait poser des questions…. je me trouve alors confrontée à une famille hermétique,un système éducatif imperméable que rien de ce que je dis ne peut pénétrer, et pire encore, quand je discute avec les médecins » pédiatres » ils répondent « c’est leur choix,on doit respecter » et le plus intelligent va me dire « bien sur j’ai posé la question à la fillette et elle m’a dit que personne ne l’a obligée »…. Mais alors quelle connerie??? !!!!!!! Respecter le choix de l’enfant!!! si elle ne veut plus aller à l’école on doit respecter aussi ?….et moi pauvre psy que je suis je ne peux que condamner ce regard vicieux de l’adulte qui sexualise un enfant, son propre enfant, et sans même avoir les mots pour lui expliquer ça…..et ces pédiatres qui ont fait des études et sont sensés éduquer et sensibiliser…et cette société que je ne reconnais plus…..je devrais faire un stage en Afghanistan, pour apprendre à gérer tout ce bordel autour de moi, mais aussi dans ma tête!!!
Je crie…je pleure…j’étouffe…  .
Nous constatons que le parents de ces enfants et la société ainsi  que le pouvoir public portent tous la responsabilité et sont coupables de ces crimes contre les enfants, ceci est aussi du terrorisme qui ne diminue en rien du terrorisme classique voir pire même car il s’attaque à l’enfance à leurs esprits à leurs corps à leurs âmes. Les autorités  seraient-elles incapable de prendre des mesures fermes et énergiques contre les groupes terroristes qui corrompent les jeunes et les enfants et abîment leur conscience? Ou est le droit dans ce monde? Des enfants sont pris en otages par des sectes qui les endoctrinent avec la complicité des parents , de la la société et le silence des autorités
« Visez les enfants  parcequ’ils sont vulnérables et à l’âge venu, ce sont eux qui prendront la relève pour endoctriner à leur tour leurs propres enfants et à transmettre intact ces abominations et cet obscurantisme à la génération suivante. » 
 ©
 
  1. psychogène (ou mécanisme psychogène  ) : ce qui relève d’un mécanisme causal purement psychique (des causes psychiques ayant des conséquences psychosomatiques, c’est à dire qu’un trouble psychique pouvant se répercuter sur la santé physique).

_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yacoub
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 1 246
Religion: agnostique, ex-musulman
Localisation: france
Sexe: Masculin
Point(s): 588
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Mer 22 Fév - 14:28 (2017)    Sujet du message: l'affaire du niqab Répondre en citant

Les arabes avant PBSL ne voilaient pas les femmes et si l'homme était polygynique, la femme était polyandre.

Il y avait, c'est vrai, une tribu arabe qui enterrait les filles dès leur naissance. Une seule et les laudateurs de l'islam ont généralisé à tous les arabes.

Le voile marque incontestablement l'infériorité de la femme dans ses sociétés misogynes. C'est leur étoile jaune.


_________________


Signature Yacoub


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:31 (2017)    Sujet du message: l'affaire du niqab

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Religions Index du Forum -> Parlons de tout -> Politique/Actualité/Monde/Evénement Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky